• …il ne faut pas croire tout ce qu’on raconte

    Cet affaiblissement du squelette est naturel, pourtant il est possible de le ralentir, et cela passe avant tout par…ne pas croire tout ce qu’on raconte.

    En effet, malgré de très nombreuses études scientifiques qui pointent les risques [1], on conseille encore aujourd’hui aux patients de boire du lait et de prendre des compléments de calcium pour renforcer leurs os.

    C’est deux erreurs pour le prix d’une.

    • Première erreur : les produits laitiers créent un environnement acidifiant dans l’organisme, favorisant la perte de minéraux ; au lieu de se renforcer, vos os perdent du magnésium, du calcium et sont encore plus fragiles. D’ailleurs, les femmes qui vivent dans des pays où l’on consomme pas ou peu peu de lait (Chine, Japon…) ont les os beaucoup plus solides que dans les pays qui en consomment beaucoup (France, Suisse, Pays Nordiques)  [2]; 
    • Deuxième erreur : le calcium, pris sous forme de compléments alimentaires, est mal assimilé par l’organisme ; de plus, même s’il est absorbé, il ne rejoint pas forcément les os. Au contraire, une partie du calcium se dépose dans les artères où il contribue à la rigidification des parois. Le risque d’accident cardiovasculaire (au niveau du cœur ou du cerveau) peut augmenter à cause des compléments de calcium. 

    En revanche, d’autres stratégies, et en particulier nutritionnelles, sont réellement efficaces pour renforcer la densité et la qualité osseuse.

    Laissez de côté les produits trop acides

    Certains aliments stimulent la régénération de l’os alors que d’autres accélèrent son affaiblissement.

    Il y a une raison précise à cette relation : la santé de notre ossature est tributaire de l’équilibre acide-base de notre organisme.

    Lorsque l’alimentation est trop acidifiante, notre corps cherche à rétablir l’équilibre en puisant dans ses principales réserves de minéraux basifiants, à savoir ses muscles, et surtout ses os.

    A terme, un régime déséquilibré provoque une destruction progressive de nos os.

    La principale solution pour freiner la fragilisation de nos os consiste donc à adopter un régime qui rétablit l’indispensable équilibre entre acides et bases.

    Les aliments les plus acidifiants, dans leur ordre d’importance, sont les suivants :

    • Le sel de table
    • Le fromage
    • Le pain
    • Les charcuteries
    • Les viandes et les poissons
    • Les céréales

    Lorsqu’ils sont consommés en excès, ils acidifient notre organisme et augmentent la perte de masse osseuse.

    Il faut également éviter toute nourriture qui possède un trop fort indice glycémique, non seulement les sodas et les sucres dits « rapides », mais aussi les pommes de terre et la plupart des produits céréaliers faussement qualifiés de « sucres lents ».

    Des études ont en effet mis en évidence le lien entre le taux de sucre dans le sang et le risque de fractures.

    Après avoir analysé 180 hommes et 109 femmes ménopausées, il s’est avéré que les individus dont la glycémie est plus élevée produisent moins d’ostéocalcine, une hormone sécrétée par les ostéoblastes qui intervient dans la fabrication de l’os.

    Fruits et des légumes pour ralentir la perte osseuse

    Mais réduire sa consommation de produits acidifiants et sucrés ne suffit pas, il faut aussi consommer des aliments contenant des minéraux basifiants tels que le calcium, le magnésium, le zinc et le cuivre.

    En plus de permettre au corps de conserver le juste équilibre entre acides et bases sans puiser dans ses réserves, ces minéraux sont nécessaires à la bonne régénération des os.

    Parmi les nombreuses recherches consacrées à la question, une étude anglaise vient de montrer qu’une supplémentation de minéraux basifiants permet de limiter la fuite du calcium osseux dans l’urine.

    On trouve principalement ces substances basifiantes dans la plupart des fruits et des légumes, quelques soient leurs formes : crus ou cuits, entiers, en purées ou en soupes.

    Parmi eux, les différentes variétés de choux en sont particulièrement riches, de même que les légumineuses, les fruits à coque, les légumes verts, les bananes, les abricots ou les fruits rouges.

    Vitamines en renfort

    Je vous ai dit tout plus haut que la supplémentation en calcium était à éviter, mais certaines vitamines – K et D - jouent un rôle essentiel à la bonne santé de notre squelette en facilitant l’absorption du calcium dans les os et en freinant leur fuite dans l’urine.

    Dans l’étude dite « des Infirmières » (Ecole de santé publique, Harvard), qui a suivi pendant 10 ans 72 327 femmes âgées de 34 à 77 ans, celles qui consommaient peu de vitamine K ont vu leur risque de fracture du col du fémur augmenter par rapport à celles qui en consommaient le plus [3].

    Dans l’idéal, il faudrait consommer près de 120 μg de vitamine K chaque jour, 200 μg après 50 ans pour se mettre totalement à l’abri d’un risque de déficit

    On trouve une quantité importante de vitamine K dans le persil, le basilic, les crucifères, les épinards et plus généralement dans tous les légumes verts.

    Quant à la vitamine D, la meilleure façon d’en faire le plein est de s’exposer au soleil, une dizaine de minutes par jour, entre 11 et 15h durant l’été.

    Pour le reste de l’année, on recommande une supplémentation avec des doses journalières recommandées qui vont jusqu’à 4000 UI chez l’adulte.

    Le secret des japonais contre l’ostéoporose

    Les Japonais consomment depuis plus de 2000 ans un aliment à base de haricots de soja fermentés, le natto.

    Il a la particularité d’être le seul produit à contenir en très forte concentration une forme rare de vitamine K, nommée K2 MK-7.

    Leon Schurgers, un biochimiste spécialiste de cette vitamine, a découvert que son action sur les os était trois fois plus puissante que les vitamines K présentes dans les végétaux.

    Non seulement elle stimule l’ostéocalcine, l’hormone qui fixe le calcium, mais elle est aussi capable d’inverser le phénomène de calcification. Elle évacue l’excédent de calcium qui se dépose dans nos artères et permet de fixer le minéral dans les endroits appropriés tels que les os.

    Tisane reminéralisante

    Certaines plantes sont particulièrement riches en calcium, magnésium et potassium, et contiennent aussi des quantités importantes de fer et de manganèse.
     


    En outre, elles ont une excellente biodisponibilité, ce qui signifie qu’une grande proportion de leurs minéraux sont assimilés par le corps humain.

    Dans votre tasse, vous pouvez infuser, au choix, des feuilles de deux ou trois de ces plantes : ortie bien sûr (20 % de ses constituants sont des minéraux (calcium, potassium, silicium et fer), luzerne, prêle, avoine, cataire, fraisier et menthe poivrée.

    Cette dernière, en plus de contenir beaucoup de minéraux, relèvera le goût de la tisane, tout comme une cuillère de miel.

    Des os plus forts : la meilleure solution

    Une alimentation adéquate permet d’arrêter la fragilisation des os, mais pas de les rendre plus solides.

    Ce sont les différents mouvements que nous effectuons quotidiennement qui renforcent notre ossature.

    Rien ne remplace donc…l’activité physique ; elle stimule la minéralisation et accélère la formation osseuse. Pratiquez régulièrement des exercices qui sollicitent au maximum nos membres, comme la musculation, le vélo, le jogging ou encore l’escalade.

    Bon enfin l’escalade, je dis ça comme ça…N’allez pas vous balancer dans le vide si vous n’avez pas fait de sport depuis 20 ans sous prétexte que vous l’avez lu dans PureSanté, je vais encore me faire disputer !

    Santé !

    Gabriel Combris    mail.puresante.info  
     

    Sources :

    [1] Site Overblog, les suppléments de calcium... attention danger 
    [2] The effects of vitamin D, K and calcium co-supplementation on carotid intima-media thickness and metabolic status in overweight type 2 diabetic patients with CHD.Br J Nutr. 2016 May 20:1-8.[4] Cumming RG, Cummings SR, Nevitt MC, Scott J, Ensrud KE, Vogt TM, Fox K. Calcium intake and fracture risk: results from the study of osteoporotic fractures. Am J Epidemiol. 1997 May 15;145(10):926-34.
    [3] Feskanich D. Vitamin K intake and hip fractures in women : a prospective study. Am J Clin Nutr 1999;69:74-79.


    votre commentaire
  • 7 raisons d’adopter l’huile de coco

    Chère lectrice, cher lecteur, 

    Connaissez-vous les trésors de santé et de beauté que contient ce fruit exotique ?


    Il est d’abord appelé « noix du pharaon » par le célèbre Marco Polo, tant ses vertus sont nombreuses, puis simplement « coco », par l’équipage de Vasco de Gama en raison de sa ressemblance avec un personnage de leur enfance [1].

    Sa chair contient à elle seule une huile si précieuse, que quelques gouttes suffisent à améliorer votre santé et votre beauté.

    Cette huile, c’est l’huile de coco.

    Polyvalente et très simple à utiliser, voici les 7 raisons de l’adopter dès maintenant dans votre cuisine et votre salle de bains.

    Je vous les donne par ordre d’importance décroissant, en terminant par la raison qui me paraît la plus noble :

    Raison n°7 - Booste les capacités mentales

    Cette huile est la plus riche pour nourrir le cerveau ! Des chercheurs en neurobiologie ont montré que la consommation des triglycérides (à chaîne moyenne) qu’elle contient, conduit à des améliorations immédiates des fonctions cérébrales chez des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer à un stade moyen [2].

     Raison n°6 – Offre une bonne protection solaire

    En bloquant environ 20 % des ultraviolets, l’huile de coco ralentit les dommages infligés à la peau par les rayons du soleil. C’est donc une bonne alternative à la crème solaire et à ses toxiques. La seule condition est de ne pas abuser du soleil car son indice de protection est relativement bas [3].

     Raison n°5 – Agit mieux que l’après-shampoing du commerce

    Difficile de faire plus simple, l’huile de coco se suffit à elle seule pour réaliser un après-shampoing 100 % naturel. Pour cela, il suffit d’appliquer quelques gouttes (pas plus) sur les longueurs et laisser poser 5 à 10 minutes. Avec cette astuce toute simple, les cheveux secs et cassants retrouvent brillance et vitalité.

    Raison n°4 – Allège la cuisine (et fait perdre du poids)

    L’huile de coco est excellente en cuisine, elle a l’avantage de compter parmi les huiles offrant le plus de résistance à la cuisson en ne générant aucune toxicité [4]. Elle améliore la texture de vos pâtisseries, lesquelles sont plus moelleuses et naturellement délicieuses. Elle remplace le beurre sur les tartines, grâce à sa consistance solide à température ambiante.

    Le « bon » gras de l’huile de coco n’est pas stocké par l’organisme, car cette huile est très bien métabolisée, ce qui lui confère des vertus amincissantes [5].

    Raison n°3 – Remplace le dentifrice traditionnel

      Alors que la composition des dentifrices des grandes surfaces est douteuse, il est très simple de fabriquer un dentifrice maison avec de l’huile de coco et un seul autre ingrédient : le bicarbonate de soude.

    Pour cela, on fait fondre 1 cuillerée à soupe d’huile au bain-marie et on ajoute 1 cuillerée à café de poudre de bicarbonate alimentaire. Le baume dentaire obtenu est très efficace contre les bactéries et les caries.

    Raison n°2 – Se substitue au traditionnel bain de bouche

      L’huile de coco est un excellent antibactérien et antifongique grâce à l’action de l’acide caprylique et de l’acide laurique qu’elle contient en grande quantité. Ce bain de bouche (dit gandouche) nous vient de l’Ayurveda, la médecine traditionnelle indienne où il a fait ses preuves pour protéger des caries et autres désagréments comme les mycoses buccales. Pour le réaliser, on prend une cuillère à soupe d’huile de coco qu’on fait circuler entre les dents pendant 15 à 20 minutes.

    Raison n°1 – En guise d’huile de massage hydratante

      Avec l’huile de coco, on dit adieu aux problèmes de sécheresse cutanée. Elle hydrate et assainit la peau naturellement. Pour réaliser une huile de massage, on chauffe quelques minutes l’huile en frottant les paumes de ses mains ou au bain-marie. Une fois à l’état liquide on peut l’agrémenter d’une goutte d’huile essentielle de lavande vraie ou d’ylang-ylang pour parfumer la peau de façon subtile.

    Bonus n°1 : L’huile de coco peut aussi être utilisée en remplacement du cirage traditionnel pour lustrer et protéger le cuir de vos chaussures.

    Bonus n°2 : Certains lecteurs de Beauté au Naturel l’utilisent aussi pour nourrir le bois des meubles.

    Si vous aussi vous utilisez régulièrement de l’huile de coco en cuisine (sur vos tartines par exemple) ou pour réaliser vos produits de beauté, je vous invite à répondre à mon message en déposant votre témoignage.

    À très vite,

    Audrey Delacourt

     Sources:

    [1] La fabuleuse odyssée des plantes : Les botanistes voyageurs, les Jardins des plantes, les Herbiers Broché – 15 octobre 2003 de Lucile Allorge

    [2] Effects of beta-hydroxybutyrate on cognition in memory-impaired adults

    [3] In vitro sun protection factor determination of herbal oils used in cosmetics

    [4] Point de fumée

    [5] Effects of dietary coconut oil on the biochemical and anthropometric profiles of women presenting abdominal obesity


    votre commentaire
  • Méditation de pleine conscience : 4 exercices pour s'initier

     Psychomédia       Publié le 26 décembre 2013

     

     

      La pleine conscience ("mindfulness") consiste simplement à porter attention au moment présent de façon volontaire et sans jugement. Cette capacité a notamment été associée à des effets bénéfiques contre le stress, l'anxiété et la dépression.

     

    La pleine conscience s'intègre à la vie quotidienne mais vous serez mieux en mesure de le faire si vous la pratiquez de façon plus formelle par des exercices.

     

    Voici quelques exercices simples pour s'initier à cette pratique : 

    1. Porter attention à sa respiration

      Choisissez un moment où vous disposez de 10 minutes et trouvez un endroit calme pour vous assoir confortablement. Portez votre attention sur votre respiration alors que vous inspirez.

      Remarquez la sensation au bout du nez alors que l'air entre dans votre corps. Continuez à respirer normalement. Remarquez la dilatation de vos poumons alors qu'ils se remplissent d'air et leur contraction avec l'expiration. Continuez de cette manière à observer le mouvement de votre respiration pendant 10 minutes.

      Les premières fois que vous pratiquerez, vous trouverez sans doute que vous passez beaucoup de temps perdu(e) dans vos pensées plutôt que concentré(e) sur votre respiration. Il s'agit simplement de remarquer ces distractions intérieures et de se reconcentrer. Vous pouvez ainsi perdre le focus et ramener votre attention de nombreuses en quelques minutes. Avec la pratique, vous trouverez probablement que vous maintenir votre concentration plus longtemps et êtes moins distrait(e) par les pensées et les émotions qui surgissent.

    2. Observer ses pensées

      Il s'agit de prendre une position d'observateur des pensées qui surgissent et disparaissent dans son esprit.

      La pleine conscience de ses pensées est différente de la façon normale de réagir ou d'être capté(e) par leur engrenage. Il s'agit simplement d'observer les pensées et les images qui passent. Lorsqu'il vous arrive d'être pris par les pensées elles-mêmes, il s'agit simplement de prendre note que nous avez pensé. Si vos pensées consistaient en un monologue négatif (catastrophisme ou blâme), il suffit de le constater.

      En faisant cela, vous êtes à nouveau présent et pouvez faire le choix de vous retirer tranquillement de ces pensées et de continuer à observer.

      Cet exercice renforce l'expérience que les pensées sont simplement des formations mentales éphémères qui vont et viennent, auxquelles il n'est pas nécessaire de se joindre, et que l'on a la capacité de contrôler son esprit.

    3. Observer ses émotions

      Comme les pensées, les émotions surviennent et disparaissent. Alors que pour plusieurs, il peut être plus difficile d'observer les émotions que les pensées sans se laisser capter par elles, une stratégie facilitatrice peut être de les nommer, ce qui peut amener à étendre son vocabulaire et sa capacité à distinguer les différents types d'émotions. Mieux identifier les émotions est une capacité qui favorise une meilleure résolution de différentes situations.

    4. Porter attention aux sensations du moment présent

      Prendre une marche, prendre une douche, prendre une collation… sont autant d'occasions de pratique de la pleine conscience. Il s'agit de porter attention aux sensations et perceptions variées de l'expérience, de prendre conscience de l'esprit qui vagabonde puis de recentrer son attention sur les sensations et les perceptions du moment présent.

    La capacité de pleine conscience est notamment considérée comme favorisant la flexibilité psychologique et la compassion envers soi-même.

    • TEST : Avez-vous tendance à avoir pleine conscience du moment présent ?
    • TEST : Avez-vous une bonne flexibilité psychologique ?
    • TEST : Quel est votre niveau de compassion envers vous-même ?

     Tests sur Psychomédia

    Pour plus d'informations sur la méditation de pleine conscience et la relaxation, voyez les liens plus bas.

    Psychomédia avec sources : PsychCentral, PsychCentral. 

    Voyez également :  sur Psychomédia
    • Qu'est-ce que la méditation et la psychothérapie cognitive de pleine conscience (mindfulness) ?
    • Quelles sont les techniques de relaxation ?
    • Vidéos de nature pour la relaxation : 3 exemples choisis
    • Anxiété, dépression, colère : remettre en question les pensées automatiques

    votre commentaire
  • Faites votre propre huile d’eucalyptus

    L’huile essentielle d’eucalyptus est extraite des feuilles fraîches cueillies sur les jeunes rameaux. Elle est distillée à la vapeur. Mais le processus de fabrication est simple et vous pouvez en fabriquer vous-même et ainsi économiser et vous assurer un approvisionnement abondant et de fraîcheur garantie.

    Voici la recette d’huile d’eucalyptus du Dr Joseph Mercola, à faire à la maison [9] :

    Matériel nécessaire :

    • Une balance de cuisine 
    • 25 g de feuilles d’eucalyptus (en herboristerie)
    • 1 litre d’huile d’olive ou une autre huile de dilution
    • Une cocotte
    • Une passoire fine
    • Un récipient opaque et hermétique

    Préparation :

    Ecrasez délicatement les feuilles entre vos doigts pour libérer les huiles. Mettez les feuilles dans la cocotte et ajoutez l’huile.

    Ajustez le couvercle et mettez le feu sur basse température. Laissez le mélange infuser pendant 6 heures.

    Filtrez l’huile ainsi obtenue avec la passoire et conservez-la dans le bocal hermétique, que vous daterez et fermerez soigneusement.

    Conserver l'huile d'eucalyptus dans un endroit frais et sec où elle sera utilisable pendant 6 mois. Si nécessaire plus longtemps, stocker l'huile dans le bac à légumes de votre réfrigérateur où elle peut être conservée environ un an.

    Avec cette huile vous pouvez fabriquer directement un autre remède : mélanger 1 volume d’huile avec 1 volume équivalent de vinaigre de cidre. Appliquer sur les zones à traiter, ou utiliser sur les blessures, les furoncles et les piqûres d’insectes.

    L’huile d’eucalyptus est-elle dangereuse ?

    Les huiles essentielles sont des produits actifs. À forte concentration, elles brûlent les muqueuses et peuvent provoquer de nombreux effets indésirables : nausées, diarrhées, vomissements.

    L’huile d’eucalyptus fabriquée selon la recette ci-dessus ne sera toutefois pas dangereuse pour l’adulte tant qu’elle est utilisée sur la peau. Mais il faut éviter de la mettre sur le visage ou le nez d’un enfant de moins de 2 ans.

    Pour l’usage interne (à avaler), ne pratiquer que sous la supervision d’un médecin.

    De façon générale, les femmes enceintes et allaitantes doivent être particulièrement prudentes avec les huiles essentielles.

    À votre santé !

    Jean-Marc Dupuis  Sante Nature Innovation


    votre commentaire
    • jin shin jyutsu

      Comment pratiquer le Jin Shin Jyutsu pour guérir votre corps

      Qu’est-ce que le Jin Shin Jyutsu (JSJ)?

      La traduction de Jin Shin Jyutsu est « L’Art du Créateur à travers l’Homme de Connaissance et de Compassion ». Pendant des milliers d’années, les peuples anciens ont utilisé le Jin Shin Jyutsu comme outil thérapeutique.

      Cette pratique a été redécouverte au début du XXe siècle par le Maître Jiro Murai, guérisseur et philosophe japonais, qui a appliqué cette technique en réponse à son propre problème de santé.

      Une de ses étudiantes les plus dévouées, Mary Burmeister, a présenté le Jin Shin Jyutsu en Occident au début des années 1960, et aujourd’hui le Jin Shin Jyutsu est enseigné dans le monde entier.

      La pratique du massage ou de la ponction des points de pression est basée sur une approche holistique de la médecine, où tout le corps et tous ses organes et systèmes sont connectés, chaque zone interagissant avec d’autres domaines.

      Quel est le but de Jin Shin Jyutsu (JSJ)

      Le Jin Shin Jyutsu est un type d’acupression qui fonctionne avec un ensemble de 26 points le long des voies d’énergie. Il utilise les doigts et les mains pour libérer des voies bloquées ou surchargées afin d’harmoniser l’énergie dans le corps pour augmenter les niveaux d’énergie, calmer l’esprit et équilibrer les émotions.

      La philosophie derrière cette pratique est que le corps lui-même peut corriger et ajuster les voies de l’énergie, et une fois que le corps revient à l’équilibre, la personne retrouve l’harmonie physique, mentale et spirituelle.

      La stimulation de points de pression, que ce soit par massage (acupressure) ou par stimulation avec de fines aiguilles (acupuncture) remonte à l’Antiquité dans l’Extrême-Orient.

      Vous pourrez trouver des instructions sur la façon de procéder (y compris une vidéo) à la fin de cet article.

      La recherche sur le Jin Shin Jyutsu (JSJ)

      Recherche n°1 – Le Jin Shin Jyutsu pour la douleur, le stress et les nausées

      Vous aimerez aussi :  Psychologue pour burnout à paris: A qui s'adresser? Qui sont les spécialistes ?

      Cette étude a été réalisée dans le « Markey Cancer Center », Université du Kentucky, Lexington. Le but de l’étude était de vérifier l’efficacité du Jin Shin Jyutsu pour soulager la douleur, le stress et les nausées chez les patients cancéreux.

      L’étude a démontré que les patients qui ont assisté à au moins 3 sessions de JSJ ont connu une amélioration significative de la douleur, du stress et des nausées après chaque session JSJ. Une étude de suivi qui sera plus complète et approfondie est prévue pour tester d’autres paramètres.
      Recherche n°2 – Le Jin Shin Jyutsu et son impact sur la santé physique et émotionnelle

      Les résultats de cette étude ont été publiés dans le « Journal of holistic Nursing » en 2014. Le but de l’étude était d’évaluer les effets du JSJ sur les infirmières.

      La vie quotidienne de l’infirmière est stressante et les facteurs de stress peuvent affecter les soins aux patients.

      Les résultats ont montré des augmentations significatives des perspectives positives, de la motivation, du calme et des diminutions significatives de la colère, du stress, de la dépression et des problèmes de moral.5,6

      Les infirmières ont signalé moins de douleurs musculaires, d’insomnie et de maux de tête. L’étude a également montré une augmentation significative de l’efficacité des soins infirmiers aux patients.

      L’étude suggère que le JSJ peut être un outil précieux pour les infirmières, afin de diminuer le stress émotionnel et physique et augmenter l’efficacité de soins.

      Recherche n°3 – Le JSJ pour les femmes diagnostiqué de cancer du sein

      Cette recherche a été conduite par Karen Searls, praticienne de massage thérapeutique et le Dr Jacqueline Fawcett, de l’Université du Massachusetts, Boston.
      Le but de l’étude était d’évaluer l’efficacité de 10 traitements hebdomadaires de JSJ pour les femmes diagnostiquées de sein.

      Les femmes ont déclaré que le JSJ était très utile pour atteindre leurs objectifs, comme se sentir mieux physiquement et émotionnellement, avoir plus d’énergie et diminuer la douleur.

      Comment faire le Jin Shin Jyutsu à la maison

      Le JSJ peut se pratiquer en cabinet extérieur comme à la maison.

      Pratiquer le JSJ à la maison est simple et consiste à tenir vos pouces et vos doigts pendant quelques minutes quotidiennement. L’effet sur chaque doigt est cumulatif. Donc plus vous pratiquez, mieux vous vous sentirez.
      Vous pouvez pratiquer le JSJ n’importe quand et n’importe où: quand vous regardez la TV ou encore même en lisant un livre.

      En JSJ, chaque doigt est relié par des méridiens à des organes spécifiques dans votre corps, ainsi qu’à une émotion. Si vous éprouvez une émotion maintenant et choisissez le doigt qui est lié à cette émotion.

      Pour pratiquer le JSJ à la maison, vous pouvez vous asseoir ou vous tenir tranquillement debout. Tenez le doigt doucement avec la main opposée pendant 2-5 minutes. Remarquez comment vous vous sentez et respirez. Habituellement, vous commencerez à sentir le pouls dans le doigt.

       

      Jin Shin Jyutsu pour l’anxiété: utilisez le pouce

      • Le pouce s’utilise aussi pour:
      • Les insomnies
      • Les problèmes de digestion
      • Les maux de tête (en particulier la base du pouce)
      • Pour soulager le stress
      • Pour l’énergie de l’estomac et de la rate

      Jin Shin Jyutsu pour la peur: Maintenez l’index

      L’index s’utilise aussi pour:

      • Dents et gencives
      • Maux de dos
      • Timidité
      • Tension musculaire
      • Énergie rénale et vésicale

       

      Jin Shin Jyutsu pour la colère: utilisez le majeur

      Le majeur s’utilise aussi pour:

      • Tension artérielle
      • Fatigue générale
      • Yeux, vision
      • Irritabilité et sautes d’humeur
      • Foie et vésicule biliaire

      Jin Shin Jyutsu pour la tristesse: L’annulaire

      L’annulaire s’utilise aussi pour:

      • Problèmes d’oreille (acouphène)
      • Fonction respiratoire
      • Problèmes de peau
      • Poumon et gros intestin

       

      Jin Shin Juytsu pour la confiance en soi: l’auriculaire

      Utile aussi pour:

      • Malaises cardiaques
      • Insécurité, nervosité
      • Coeur et intestin grêle

      En savoir plus sur http://therapeutesmagazine.com/jin-shin-jyutsu/#v2OlzZIF5WyGwLFw.99

    votre commentaire
  • Eau chaude, citron et vinaigre de cidre


    C’est une concoction que vous pouvez faire en quelques secondes si vous avez les ingrédients sous la main (une concoction est une décoction de plusieurs éléments ; une décoction est une préparation végétale par dissolution dans l’eau chaude).

    En buvant un verre tous les matins, juste après vous être réveillé et avant d’avoir mis quoi que ce soit d’autre dans votre estomac, vous expulserez les toxines de votre foie et stimulerez vos enzymes digestives pour une meilleure assimilation de vos aliments toute la journée.

    Tout ce dont vous avez besoin est de l’eau minérale ou filtrée, du vinaigre de cidre (cru et bio encore une fois) et un demi-citron bio.

    C’est aussi simple que ça.

    Encore une fois, la qualité des ingrédients est essentielle. De l’eau de source en bouteille de verre si possible, ou de l’eau filtré par osmose inverse. Le vinaigre de cidre doit être cru, bio et de préférence non-filtré. Cela veut dire qu’il est un peu trouble et contient de la mère de vinaigre, les bactéries et levures qui transforment l’alcool en vinaigre.

    Le citron doit être bio car il est imbibé de pesticides dans l’agriculture conventionnelle.

    Remplissez un verre d’eau chaude, pressez votre demi-citron et versez une bonne cuillère à café de vinaigre de cidre. Buvez par petites gorgées, l’effet est quasi-miraculeux.


    votre commentaire
  • Très simple à faire et composé uniquement d’ingrédients faciles à trouver, ce « tonique » agit à tous les niveaux de l’organisme. Il soulage de la constipation, réduit l’inflammation, soutient les reins, est bon pour le cœur, prévient et combat les infections urinaires, protège des attaque bactériennes, fongiques et virales, et protège contre le rhume.

    La clé de son efficacité est toutefois de n’utiliser que des ingrédients de première qualité :

    • véritable cannelle de ceylan (qui est jaune, et composée de plusieurs minces écorces enroulées ensemble, qui s’effritent à la main) ; elle doit de plus être biologique, de façon à ne contenir aucune trace de métaux lourds ;
    • miel cru, biologique de préférence. Miel « bio » signifie simplement que les abeilles n’ont pas pollinisé des fleurs et plantes ayant été traitées par des pesticides, des herbicides ni d’autres produits nocifs. « Cru » veut dire que le miel n’a pas été pasteurisé, ce qui préserve les enzymes actifs ;
    • et bien sûr le véritable vinaigre de cidre doit être non-pasteurisé et biologique. Il contient les bactéries qui ensemencent la flore intestinale et stimulent le système immunitaire. Les pommes biologiques ne contiennent pas de pesticides, de métaux lourds ni de toxines.

    La préparation est simplissime : mélanger vigoureusement 500 ml de vinaigre et 250 g de miel, puis ajoutez deux cuillères à café de cannelle finement moulue.

    Placez dans une bouteille hermétique que vous conserverez au réfrigérateur.

    Chaque matin et chaque soir, prendre deux cuillères à soupe de ce sirop fortifiant.


    votre commentaire
  • Bien préparer des aliments chargés en lectines

    Malheureusement, la liste des aliments chargés en lectines ne s’arrête pas là.

    On en trouve notamment dans les céréales, le soja, les légumineuses, les graines crues, les produits laitiers, la famille des solanacées (tomates, pommes de terre, aubergines, poivrons).

    Mais heureusement, les modes de préparation et de cuisson de ces aliments peuvent faire baisser substantiellement le niveau de lectine. Dans ce cas, il devient acceptable pour nos systèmes digestifs


    Pour de nombreux aliments, comme les graines, les lentilles, les haricots, il suffit de les laisser tremper un certain temps avant de les consommer (ou de les cuisiner) pour qu’ils soient assimilables.


    Le temps de trempage de ces aliments varie. Voici une liste indicative (et non exhaustive) pour quelques aliments dont vous auriez tort de vous passer !

    Ceux qui méritent d’être trempés une nuit ou plus
    12 à 48 heures : Pois chiches
    10 à 12 heures : Alfala, Maïs, haricots blancs ou rouges
    8 à 10 heures : Avoine, lentilles, amandes, noisettes, riz, semences de brocoli, sésame, seigle

    Ceux qui méritent d’être trempés quelques heures (3 à 6 heures) :

    Amaranthe, épeautre, fénugrec, graines, de chia, de chou, de citrouilles, de lin, de moutarde, millet, noix, orge, quinoa, tournesol.


    Vous me direz que quand vous prenez certains de ces aliments, comme des noix ou des amandes, vous ne ressentez pas nécessairement de trouble digestifs…

    C’est une question de quantité et de personne.

    Mais si vous avez des difficultés avec ces aliments, essayez le trempage. Vous pourrez ainsi profiter de leurs vertus sans craindre leurs inconvénients (sauf pour le blé et le maïs).
    Dans certain cas, comme les haricots blancs ou rouges, on peut rajouter du bicarbonate de soude dans le récipient dans lequel ils trempent. Ensuite, il convient de les rincer, de changer l’eau pour réduire au maximum le niveau de lectines, avant de les mettre à cuire. Par ailleurs, dans ce cas, il peut être préférable de prévoir une cuisson à haute température pour finir le travail !

    Pour d’autres aliments il faudra privilégier d’autres méthodes. Pour les graines, la germination sera très utile, pour les tomates ou les aubergines on pourra jouer sur la cuisson (cela dit, les lectines présentes dans ces deux légumes sont très différentes de celles des céréales (8) et posent moins de problèmes digestifs).

    votre commentaire
  •   Remède mémoire et concentration : 10 aliments pour booster votre cerveau + des conseils pratiques

    https://www.therapeutes.com/ma-sante/remede-memoire-et-concentration

                                                                                 Crédit photo: maxpixel.freegreatpicture.com

    avocat

    Ici, nous vous proposons 10 aliments avec des qualités particulières pour votre santé cérébrale : en effet, rien de tel que des aliments pleins d’antioxydants et de qualités anti-inflammatoires pour aider notre cerveau à fonctionner comme il faut, et pour le protéger contre vieillissement. En plus, nous vous donnons quelques habitudes à adopter, pour réellement assurer la santé de votre matière grise!

    Pourquoi nos choix alimentaires sont-ils importants pour notre cerveau ?

    Cela peut paraitre évident mais c’est la réalité : une alimentation équilibrée est essentielle à notre concentration et à la santé de notre cerveau de manière générale. Un manque de nutriments peut affecter les capacités à se concentrer, tout comme les quantités ingérées. En effet, trop manger peut fatiguer l’organisme et donner sommeil, tout comme ne pas manger suffisamment peut être distrayant à cause de la sensation de faim constante. De même, manger un petit déjeuner équilibré est essentiel : en effet, certaines études ont prouvé que manger le matin peut améliorer la mémoire et l’attention à court terme. Il est conseillé d’intégrer des fruits et des céréales complètes pour des résultats optimaux. Une hydratation régulière est aussi un aspect central pour rester en forme, autant physiquement que mentalement. De plus, consommer des aliments faibles en acides gras saturés et avec un index glycémique bas pourrait par exemple faire baisser les niveaux de beta amyloïdes dans le corps, une protéine qui mène à la maladie d’Alzheimer.

    Ici, nous vous proposons 10 aliments avec des qualités particulières pour votre santé cérébrale, grâce à leurs nutriments remplis de bienfaits : en effet, rien de tel que des aliments pleins d’antioxydants et de qualités anti-inflammatoires pour aider notre cerveau à fonctionner comme il faut, et pour le protéger contre vieillissement. 

    Remède mémoire et concentration : 10 aliments à intégrer dans votre quotidien

    1-    Avocat

    L’avocat a souvent une mauvaise réputation du fait qu’il quotient beaucoup de lipides par rapport aux autres fruits : cependant il s’agit en leur majorité d’acide gras insaturés, qui ne sont pas du tout nocifs à notre santé : ils aident à contrôler les niveaux de sucre dans le sang et au maintien d’une belle peau.  

    Il contient de la vitamine K et de l’acide folique, et aide ainsi à prévenir les caillots de sang dans le cerveau et à améliorer les fonctions cognitives, particulièrement la mémoire et la concentration. Il est aussi riche en vitamines C et B, et a le taux le plus élevé de protéines et le plus bas de sucres parmi tous les fruits.

    2-    Betterave

    Les betteraves sont un des légumes les plus bénéfiques à notre santé : elles réduisent les inflammations, protègent contre le cancer et aident à nous débarrasser de toxines. Les nitrates dans les betteraves aident à booster la circulation sanguine dans le cerveau, ce qui aide à améliorer la performance mentale. De plus, au moment de l’exercice physique elles aident à augmenter les niveaux d’énergie et à améliorer la performance.

    3-    Myrtilles

    Les myrtilles sont un des aliments contenant le plus d’antioxydants, avec les vitamines C et K, ainsi que des fibres. Grâce à leur teneur en acide gallique, les myrtilles sont particulièrement bonnes pour protéger le cerveau contre la dégénérescence et le stress.

    4-    Brocoli

    Le brocoli est un des meilleurs aliments pour la santé cérébrale : il contient beaucoup de vitamine K et de choline, qui aident à conserver la mémoire. Il est aussi riche en vitamine C : dans seulement 72 grammes, il y a 150% des apports journaliers recommandés pour cette vitamine.  

    5-    Huile de noix de coco

    L’huile de noix de coco est pleine de bienfaits, et en ce qui concerne le cerveau, elle sert d’anti-inflammatoire naturel et combat la perte de mémoire liée au vieillissement .

    6-    Chocolat noir

    Le chocolat noir est rempli de flavonols, qui ont des qualités anti-oxydantes et anti-inflammatoires. Ils peuvent aussi aider à améliorer la tension artérielle et la circulation sanguine au niveau du cerveau et du cœur. Cependant, pour réellement profiter des bienfaits du chocolat, il faut chercher à qu’il soit le moins transformé possible : au moins 70% de cacao.  

    7-    Huile d’olive extra vierge

    Grâce aux polyphénols, des antioxydants présents dans l’huile d’olive extra vierge, elle peut être très favorable à l’apprentissage et la mémoire, mais aussi inverser des changements liés au vieillissement et à des maladies  et semblerait pouvoir lutter contre les protéines toxiques dans le cerveau provoquant Alzheimer . Elle est avant tout à consommer sans cuisson, dans des salades par exemple, afin d’en conserver toutes les qualités.

    8-    Les légumes-feuilles

    Les légumes tels que les épinards, la laitue ou le kale peuvent aider à diminuer les risaues de démence selon une étude : en effet, les participants consommant entre une et deux portions de légumes-feuilles par jour souffraient mois de dégénérescence mentale que ceux qui ne mangeaient pas de légumes, même en prenant en compte des paramètres tels que l’âge et l’historique familial de démence . De plus, ces légumes contiennet de grandes quantités de vitamines A et K, qui aident à combattre les inflammations et à maintenir la santé des os.

    9-    Romarin

    L’acide carnosique, un des principaux ingrédients du romarin, aide à protéger le cerveau contre la dégénérescence neuronale : en effet, il protège le cerveau contre les radicaux libre, qui peuvent causer non seulement le vieillissement du cerveau, mais aussi la dégénérescence neuronale, mais aussi Alzheimer et des AVC . Il protège aussi les yeux, grâce à ses antioxydants et ses qualités anti-inflammatoires .

    10- Noix

    Manger des noix de temps à autre peut améliorer les capacités cognitives  : grâce à des hauts niveaux d’antioxydants, de vitamines et de minéraux, elles peuvent améliorer l’attention. La vitamine E qu’elles contiennent peut aussi servir de prévention contre Alzheimer. 

    D’autres conseils pratiques pour améliorer votre santé cérébrale

    -       Sport : il a été prouvé que l’activité physique peut être bénéfique pour le cerveau à tous les âges. Elle semblerait de plus améliorer la concentration et la performance scolaire chez les enfants souffrant du trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH), et protéger le cerveau contre la perte de mémoire, la maladie d’Alzheimer et la démence.

    -       Musique : l’apprentissage du chant ou d’un instrument musical aide les enfants à travailler leur mémoire et booste leur QI. Chez les adultes, cela aide également à travailler la mémoire ainsi que la capacité à analyser des informations.

    -       Sommeil : trop de sommeil, ou pas assez, fait vieillir le cerveau et les deux ont été lié à des capacités limitées chez les adultes. Chez les adultes, les problèmes de qualité du sommeil affectent les performances scolaires et la concentration.

    -       Nature : il semblerait que passer du temps à l’extérieur, dans des espaces verts, aide les enfants souffrant du TDAH à mieux se concentrer, et permet aux adultes d’augmenter leurs périodes d’attention.

    -       Méditation : elle peut diminuer les baisses de fonctions cérébrales liées au vieillissement. Elle peut aider à booster certaines capacités, telles que la concentration.


    votre commentaire
  • Crème réparatrice pour les mains (pot de 100 ml) :
    - 40 g beurre de karité brut
    - 25 ml huile amande douce
    - 10 ml huile de ricin
    - 10 gouttes HE lavande vraie (Lavandula angustifolia)
    - 15 gouttes HE d’orange douce (Citrus sinensis)
    - 10 gouttes HE bois de rose (Aniba rosaeodora)

    Dans un bol, mélanger les huiles végétales et le beurre de karité en écrasant ce dernier sur les parois avec une spatule. Continuer au fouet pour obtenir une crème lisse. Ajouter les huiles essentielles et mélanger à nouveau. Transférer dans un pot.

    Bonne séance de jardinage !


    votre commentaire
  • L’arnica est, selon le Dr Jean-François Ferrieu, homéopathe, la plante qu’il faut :

    « systématiquement utiliser après un traumatisme, quil soit physique (chute, coup, opération, accouchement, etc.) ou psychique (coup dur dans la vie, etc.). Il traite toutes les douleurs musculaires dès quil y a la sensation caractéristique de contusion, de courbature ou de meurtrissure généralisée [1]. ».

    Voilà pour l’usage de l’arnica en homéopathie, c’est-à-dire en dose infinitésimale.

    Mais l’arnica s’emploie aussi bien en phytothérapie classique, médecine par les plantes – et c’est l’option que j’ai choisie.  

    La plante qu’on est sûr d’utiliser

    Parmi tous les tubes, comprimés et sirops qui prennent la poussière dans les armoires à pharmacie familiales, larnica a cette intéressante particularité que vous êtes sûr de vous en servir régulièrement.

    Les jeunes en ont besoin quand ils reçoivent des mauvais coups en sport ou autre part ; les personnes âgées pour leurs rhumatismes et pour accélérer la convalescence en cas de chute, fracture, ecchymoses.

    Ces effets sont reconnus par la Commission E allemande (la commission créée en 1978 par le gouvernement allemand pour évaluer l’efficacité des remèdes traditionnels) et par l’ESCOP (organisme visant à harmoniser le statut réglementaire des médicaments à base de plantes au niveau européen).

    Efficace contre toutes les douleurs, dont l’arthrite et l’arthrose

    Toutes les douleurs – contusions, entorses, dislocations –, musculaires ou articulaires, sont soulagées par l’arnica.

    Appliquer un gel à l’arnica deux fois par jour pendant trois semaines permet de diminuer significativement la douleur des articulations et la rigidité musculaire en cas d’arthrite des mains et des genoux. C’est aussi efficace que l’ibuprofène, mais sans les effets indésirables [2].

    Le gel d’arnica s’est également révélé efficace pour soulager les douleurs et améliorer la mobilité des genoux [3] et des mains [4] en cas d’arthrose, là encore autant que l’ibuprofène.

    L’arnica soigne aussi les douleurs musculaires, les ecchymoses (bleus) et l’insuffisance veineuse. Ces effets bénéfiques sur la circulation expliquent certainement pourquoi elle accélère les guérisons.

    Globalement, toutes les douleurs et problèmes impliquant les articulations, les muscles, les veines bénéficieront de l’arnica. C’est le cas du syndrome du canal carpien, ces engourdissements dans les doigts et le poignet, qui touchent les personnes qui font des mouvements répétés du poignet pendant des périodes prolongées, les rétinopathies diabétiques, ces problèmes de vision liés à une mauvaise circulation sanguine dans la rétine chez les diabétiques, et toutes les douleurs qui suivent une opération chirurgicale, quand les tissus ont été traumatisés.

      https://www-1.netcourrier.com/netc/mail/msg.php?mailbox Sources :

    [1] Arnica Montana

    [2] Knuesel O., Weber M. & Suter A. « Arnica montana gel in osteoarthritis of the knee : an open, multicenter clinical trial ». Adv.Ther., 2002 ; 19 : 209-218.

    Widrig R., Suter A., Saller R. et al. « Choosing between NSAID and arnica for topical treatment of hand osteoarthritis in a randomised, double-blind study ». J. Rheumatol. Int., 2007 ; 27 : 585-591

     [3] Knuesel O., Weber M. et al. « Arnica montana gel in osteoarthritis of the knee : an open, multicenter clinical trial ». Adv. Ther., 2002 Sept.-Oct. ; 19 (5) : 209-218.

     [4] Widrig R., Suter A. et al. « Choosing between NSAID and arnica for topical treatment of hand osteoarthritis in a randomised, double-blind study ». J. Rheumatol. Int., 2007 Apr. ; 27 (6) : 585-591. Étude mentionnée dans : European Scientific Cooperative on Phytotherapy (Ed.). Arnicae flos, ESCOP Monographs on the Medicinal Uses of Plants Drugs. Centre for Complementary Health Studies, Université d’Exeter, Grande-Bretagne, 1997.


    votre commentaire
  • Le petit-déjeuner de champion d’Anthony Berthou

      Publié par le Dr RUEFF dans sa lettre.

    Si j’avais une seule proposition à vous faire cependant, ce serait : évitez, dans la mesure du possible, toutes les préparations industrielles car elles contiennent obligatoirement, aux fins de meilleure conservation et d’exacerbation du goût, diverses substances dont nous ne maîtrisons ni la qualité, ni la quantité. Soyons conscients que les industriels sont contraints de se livrer une course au goût et donc saler, parfumer, sucrer, aromatiser…toujours plus et mieux que leur concurrent.

    J’essaye ici de traquer « l’ennemi prioritaire » et cet ennemi c’est justement le sucre et plus particulièrement le sucre à l’heure matinale.

    J’ai été interpellé par un bon message [1] de L’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle (IPSN) [2] de début décembre 2016. Je vous en transmets quelques extraits car je suis en grande partie d’accord avec ce qui est dit.

    « Je vous livre ici la recette du petit-déjeuner de champion préconisée par le nutritionniste Anthony Berthou :

    • 1 à 2 oeufs à la coque (à remplacer par 15 à 20 g de protéines de chanvre en poudre pour les végétaliens ou un mélange riz/pois). 
    • 30 g d’oléagineux (noix, noix de cajou, amandes, noisettes) et 1 à 2 noix du Brésil. Non grillés c’est mieux, et avec la peau, sauf pour les personnes qui ont du mal à la digérer. 
    • 1 fruit coupé en dés : une banane, une pomme ou une poire selon la saison (bio bien sûr et avec la peau) et éventuellement 5 à 6 myrtilles en saison ou 1 kiwi. Limiter le tout à une portion de fruit (150 g). Vous pouvez éventuellement rajouter une dizaine de baies de goji bio. 
    • 15 à 20 g de graines de lin fraîchement moulues (…) ou une cuillère à soupe d’huile de lin, de cameline, de noix ou de chanvre. Toujours vierge et première pression à froid. 
    • Pour ceux qui apprécient le goût : ¼ de cuillère à café de cannelle en poudre.
    • Si vous souhaitez une texture onctueuse, rajouter ½ à 1 yaourt non sucré de chèvre, brebis ou soja. 
    • Eventuellement 20 à 30 g de flocons d’avoine, d’épeautre ou de châtaigne, ou une tartine de pain sans gluten de qualité (sarrasin) avec une cuillère à café de purée d’amandes complètes. 
    • Un thé vert bio infusé à 85 degrés ». 

    Je voudrais juste préciser et rajouter :

    • Qu’il faut souvent tenir compte des intolérances alimentaires, qu’on les constate par soi-même ou qu’on les détermine par un test simple et relativement peu coûteux par rapport aux services qu’il rend [3] qui ne nécessite pas de prise de sang ;
    • Qu’il faut être très attentif et évaluer par soi-même les effets d’une consommation régulière de produits apportant du gluten et/ou du lactose, en particulier chez les enfants ayant des troubles de l’attention,
    • Je préfère parler d’une petite poignée que d’un poids de 30 grammes.
    • Qu’il est parfois nécessaire de faire tremper les oléagineux la veille.
    • Que rien n’est obligatoire, même les œufs : on peut ne pas les aimer, les supporter ou y être intolérant(e). Je propose alors de remplacer par une protéine animale comme de temps en temps un peu de poisson, de jambon bio sans nitrate, même d’un peu de viande. Et pour les végétariens je conseille un complément que j’apprécie énormément le « Plant Fusion » distribué par en magasins ou certaines pharmacies ou le site NCI.
    • Que l’important, c’est avant tout de maîtriser et limiter la consommation de produits sucrés, en ayant toujours en tête les conséquences immédiates et à terme de cette alternance « hyperglycémie-hypoglycémie ». Consommez des fruits pas ou peu sucrés comme une pomme (bio ou du terroir) une poire ou des fruits rouges.
    • Qu’il est fondamental de consommer des protéines et des graisses naturelles de bonne qualité en début de journée : elles ont un effet rassasiant, donnent de l’énergie et, si elles ne sont pas systématiquement associées à de grandes quantités de produits sucrés, permettent d’éviter les troubles de l’attention en cours de matinée et le « coup de pompe » de fin de matinée.
    • Anthony Berthou insiste sur la nocivité des jus de fruits, en particulier du jus d’orange (mais c’est aussi valable pour le jus de pomme, de poire ou de pamplemousse) : « Refuser celui que l’on vous propose provoque bien souvent la réaction de votre hôte : “C’est bon pour démarrer la journée” ou encore “Vous savez, c’est du bio”. Car la plupart des gens s’imaginent que les jus de fruits sont bons pour la santé. En même temps, il est vrai que les autorités de santé en France en sont encore là : le Plan National de Nutrition et de Santé estime que prendre un jus d’orange revient à manger un fruit.
    • C’est un raisonnement un peu court. Car un verre de jus d’orange, c’est d’abord un concentré de sucre. A fortiori, si l’on vous sert un jus industriel auquel aura été ajouté du sirop de glucose. Mais même le bon jus pressé de vos mains contient trop de sucre. Simplement parce que le sucre se trouve dans le “jus” du fruit.
    • Ainsi, un jus d’oranges bio pressées reste deux fois plus sucré que le fruit seul !
    • Car la différence tient surtout au fait que dans un fruit consommé entier et non pressé, le sucre n’est pas seul. Il est livré avec des fibres et des nutriments qui le font passer moins vite dans le sang. L’avantage est que votre pancréas n’a, dans ce cas, pas besoin de surréagir. A l’inverse, si une dose trop forte de sucre arrive dans le sang, il est obligé, par réaction, de produire une quantité phénoménale d’insuline afin de rétablir l’équilibre.
    • Au fil des années, le risque de diabète de type 2 s'accroît. Cette maladie, autrefois appelée diabète non insulinodépendant (DNID) correspond à une hyperglycémie à cause d’un mauvais fonctionnement du pancréas. Soit la quantité d’insuline fabriquée est insuffisante pour traiter le diabète, soit l’insuline agit mal.
    • Le meilleur moyen d’éviter cette maladie - voire d’en sortir - est donc d’éviter les habitudes alimentaires qui gavent l’organisme de sucre. L’activité physique est également un allié contre cette maladie de civilisation ».

    Je rejoins totalement Anthony Berthou et vous invite donc à vous documenter et à réfléchir encore.

    Adaptez le petit déjeuner à vos envies, à vos besoins, à votre mode de vie.

    Surtout ne cherchez pas de fausses excuses pour consommer et surtout donner à vos enfants de mauvaises et néfastes habitudes.


    votre commentaire
  • Vous pouvez par exemple, à la place d’avaler un anti-inflammatoire, vous préparer un remède pour lutter contre la sinusite.

    Dans un flacon de 10 ml, mélangez ½ cuillère à café de chacune des huiles essentielles (HE) suivantes :

    • HE Ravintsara
    • HE Thym thymol
    • HE Menthe poivrée
    • HE Niaouli

    Ensuite, il ne vous reste qu’à :

    • Faire bouillir de l’eau
    • Verser 15 gouttes de votre mélange dans l’eau bouillante
    • Inhaler la vapeur plusieurs fois par jour

    Cela n’a rien de difficile, et vous évite de développer une résistance aux médicaments.


    votre commentaire
  • Douleurs, anxiété, mémoire, beauté : elles agissent sur tout !

    Rassurez-vous, je ne vais pas vous inonder d’études scientifiques.

    Mais vous devez savoir que les huiles essentielles obtiennent de magnifiques résultats à chaque fois qu’elles sont testées avec rigueur :

    • Elles améliorent votre mémoire ! Parmi deux groupes de volontaires, ceux qui ont été placés dans une salle avec un diffuseur d’huile essentielle de romarin ont nettement mieux réussi des exercices de mémoire. Une supériorité de 70 % !! [5] 
    • Cette même huile essentielle de romarin aide aussi à faire repousser vos cheveux ! Au bout de 6 mois d’application sur le cuir chevelu, dans des conditions bien contrôlées, les patients ont bénéficié d’une repousse de leurs cheveux identique au groupe qui a pris du minoxidil, un médicament efficace mais très dangereux [6] ;
    • En seulement 2 semaines, des capsules d’huile essentielle de menthe poivrée ont effacé les douleurs de 75 % des patients souffrant de côlon irritable [7]. Cette puissante huile essentielle diminue aussi l’intensité des migraines [8], et fait au moins aussi bien que le paracétamol contre les maux de tête [9] ;
    • L’huile essentielle de lavande vraie supprime l’anxiété et vous rend serein. Cela a été testé avec succès… dans la salle d’attente d’un dentiste, où l’inquiétude est à son comble ! [10] 
    • Contre l’acné [11], il a suffi de 8 semaines pour qu’un mélange d’huile essentielle d’oranger, de basilic doux et d’extrait de vinaigre efface les boutons et lésions à 75 % ;
    • L’équivalent de quelques gouttes de Mentha Arvensis sur l’endroit qui vous fait mal réduit instantanément la douleur [12]… c’est particulièrement précieux si vous souffrez d’arthrose !

    La force des huiles essentielles est tellement évidente que certains hôpitaux commencent à les introduire dans leurs services.

      [5] Rosemary aroma may help you remember to do things, British Psychological Society, April 2013
    [6] Rosemary oil vs minoxidil 2% for the treatment of androgenetic alopecia: a randomized comparative trial, Panahi Y, Taghizadeh M, Marzony ET, Sahebkar A. Skinmed. 2015 Jan-Feb
    [7] Enteric-coated, pH-dependent peppermint oil capsules for the treatment of irritable bowel syndrome in children, Kline RM, Kline JJ, Di Palma J, Barbero GJ, J Pediatr. 2001 Jan
    [8] Essential plant oils and headache mechanisms, Göbel H et al, Phytomedicine. 1995 Oct
    [9] Effectiveness of Oleum menthae piperitae and paracetamol in therapy of headache of the tension type, Göbel H et al, Nervenarzt. 1996 Aug
    [10] Dental patient anxiety: Possible deal with Lavender fragrance, Zabirunnisa M et al, J Res Pharm Pract. 2014 Jul
    [11] Effectiveness of antimicrobial formulations for acne based on orange (Citrus sinensis) and sweet basil (Ocimum basilicum L) essential oils, Matiz G et al, Biomedica. 2012 Jan-Mar
    [12] Topical menthol, ice, peripheral blood flow, and perceived discomfort, Topp R, J Athl Train. 2013 Mar-Apr


    votre commentaire
  • lettre-beaute-au-naturel.com

    Mais d’abord, comment ça marche l’eczéma ?

    Il faut bien avouer que le mécanisme de l’eczéma reste encore un peu mystérieux. Hérédité, système immunitaire affaibli, stress… les raisons semblent nombreuses, de même que les cas. Il toucherait environ 10 % des adultes et 30 % des enfants !

    Il peut tenir de l’allergie (eczéma atopique) comme du contact direct avec les substances chimiques qui nous entourent : lessive, savon, produits d’entretien… (eczéma de contact). Il faut également regarder du côté de nos organes (reins, intestins, mais surtout le foie), parfois surchargés en interne. Il n’est pas inintéressant, dès lors, de commencer son traitement par une petite cure détox à base de plantes drainantes comme le pissenlit ou la bardane.

    L’huile pour que ça ne gratte plus

    Voici la recette de l’huile que j’ai préparée pour mon amie. Vous mettrez les ingrédients suivants dans un flacon codigoutte de 10 ml :

    • 9 ml d’huile végétale de calendula ;
    • 2 gouttes de géranium bourbon ;
    • 2 gouttes de lavande vraie (je suis prête à parier que la lavande aspic sera plus efficace en cas de fortes démangeaisons, mais je n’en avais pas à la maison) ;
    • 2 gouttes de camomille allemande [1].

    L’huile de calendula est vraiment la plus douce que vous puissiez trouver. Elle est idéale pour les peaux sensibles et on la recommande même pour les bébés (ce qui n’est pas le cas des huiles essentielles !). Ses vertus anti-inflammatoire, antiallergique et antiprurigineuse la désignent clairement comme la candidate idéale aux traitements anti-eczéma.

    Du côté des huiles essentielles, j’ai choisi le géranium bourbon qui, en plus d’être relaxant, est conseillé contre différents types de dermatoses. J’ai mis de la camomille allemande car elle combat efficacement les démangeaisons, notamment grâce au chamazulène qu’elle contient. Elle rendra la préparation toute verte, mais ne vous inquiétez pas. 

      Ajoutez-y le côté apaisant et cicatrisant de la lavande et les croûtes ne devraient pas faire long feu.

    Attention cependant, n’allez pas croire que cette huile à elle seule peut à coup sûr guérir l’eczéma. Le but est surtout d’apaiser une peau fragile déjà abîmée par des grattages constants.

    Par ailleurs, si vous ne supportez pas les huiles essentielles – chez certaines personnes qui ont la peau hyperréactive, par exemple, elles peuvent augmenter les démangeaisons –, optez pour l’huile de bourrache [2]. Cette huile végétale est une des plus riches en « bons » oméga-6, qui sont excellents en cas d’inflammation cutanée. Et bye-bye les gratouilles !

    Sources

    [1] On l’appelle aussi la « matricaire » (matricaria recutita). On trouve cette huile essentielle plus difficilement mais il y en a au sein du réseau des artisans Slow Cosmétique, ici : https://www.slow-cosmetique.com/aroma-sante/huiles-essentielles/huile-essentielle-de-camomille-matricaire.html

    [2] Julien Kaibeck qui co-écrit la lettre beauté à laquelle vous êtes abonné(e) recommande l’huile de bourrache vierge et bio, qu’on trouve dans sa sélection de produits pour l’eczéma : https://www.slow-cosmetique.com/corps/selection-de-julien/tendance-eczema.html


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique