• L’arnica est, selon le Dr Jean-François Ferrieu, homéopathe, la plante qu’il faut :

    « systématiquement utiliser après un traumatisme, quil soit physique (chute, coup, opération, accouchement, etc.) ou psychique (coup dur dans la vie, etc.). Il traite toutes les douleurs musculaires dès quil y a la sensation caractéristique de contusion, de courbature ou de meurtrissure généralisée [1]. ».

    Voilà pour l’usage de l’arnica en homéopathie, c’est-à-dire en dose infinitésimale.

    Mais l’arnica s’emploie aussi bien en phytothérapie classique, médecine par les plantes – et c’est l’option que j’ai choisie.  

    La plante qu’on est sûr d’utiliser

    Parmi tous les tubes, comprimés et sirops qui prennent la poussière dans les armoires à pharmacie familiales, larnica a cette intéressante particularité que vous êtes sûr de vous en servir régulièrement.

    Les jeunes en ont besoin quand ils reçoivent des mauvais coups en sport ou autre part ; les personnes âgées pour leurs rhumatismes et pour accélérer la convalescence en cas de chute, fracture, ecchymoses.

    Ces effets sont reconnus par la Commission E allemande (la commission créée en 1978 par le gouvernement allemand pour évaluer l’efficacité des remèdes traditionnels) et par l’ESCOP (organisme visant à harmoniser le statut réglementaire des médicaments à base de plantes au niveau européen).

    Efficace contre toutes les douleurs, dont l’arthrite et l’arthrose

    Toutes les douleurs – contusions, entorses, dislocations –, musculaires ou articulaires, sont soulagées par l’arnica.

    Appliquer un gel à l’arnica deux fois par jour pendant trois semaines permet de diminuer significativement la douleur des articulations et la rigidité musculaire en cas d’arthrite des mains et des genoux. C’est aussi efficace que l’ibuprofène, mais sans les effets indésirables [2].

    Le gel d’arnica s’est également révélé efficace pour soulager les douleurs et améliorer la mobilité des genoux [3] et des mains [4] en cas d’arthrose, là encore autant que l’ibuprofène.

    L’arnica soigne aussi les douleurs musculaires, les ecchymoses (bleus) et l’insuffisance veineuse. Ces effets bénéfiques sur la circulation expliquent certainement pourquoi elle accélère les guérisons.

    Globalement, toutes les douleurs et problèmes impliquant les articulations, les muscles, les veines bénéficieront de l’arnica. C’est le cas du syndrome du canal carpien, ces engourdissements dans les doigts et le poignet, qui touchent les personnes qui font des mouvements répétés du poignet pendant des périodes prolongées, les rétinopathies diabétiques, ces problèmes de vision liés à une mauvaise circulation sanguine dans la rétine chez les diabétiques, et toutes les douleurs qui suivent une opération chirurgicale, quand les tissus ont été traumatisés.

      https://www-1.netcourrier.com/netc/mail/msg.php?mailbox Sources :

    [1] Arnica Montana

    [2] Knuesel O., Weber M. & Suter A. « Arnica montana gel in osteoarthritis of the knee : an open, multicenter clinical trial ». Adv.Ther., 2002 ; 19 : 209-218.

    Widrig R., Suter A., Saller R. et al. « Choosing between NSAID and arnica for topical treatment of hand osteoarthritis in a randomised, double-blind study ». J. Rheumatol. Int., 2007 ; 27 : 585-591

     [3] Knuesel O., Weber M. et al. « Arnica montana gel in osteoarthritis of the knee : an open, multicenter clinical trial ». Adv. Ther., 2002 Sept.-Oct. ; 19 (5) : 209-218.

     [4] Widrig R., Suter A. et al. « Choosing between NSAID and arnica for topical treatment of hand osteoarthritis in a randomised, double-blind study ». J. Rheumatol. Int., 2007 Apr. ; 27 (6) : 585-591. Étude mentionnée dans : European Scientific Cooperative on Phytotherapy (Ed.). Arnicae flos, ESCOP Monographs on the Medicinal Uses of Plants Drugs. Centre for Complementary Health Studies, Université d’Exeter, Grande-Bretagne, 1997.


    votre commentaire
  • Le petit-déjeuner de champion d’Anthony Berthou

      Publié par le Dr RUEFF dans sa lettre.

    Si j’avais une seule proposition à vous faire cependant, ce serait : évitez, dans la mesure du possible, toutes les préparations industrielles car elles contiennent obligatoirement, aux fins de meilleure conservation et d’exacerbation du goût, diverses substances dont nous ne maîtrisons ni la qualité, ni la quantité. Soyons conscients que les industriels sont contraints de se livrer une course au goût et donc saler, parfumer, sucrer, aromatiser…toujours plus et mieux que leur concurrent.

    J’essaye ici de traquer « l’ennemi prioritaire » et cet ennemi c’est justement le sucre et plus particulièrement le sucre à l’heure matinale.

    J’ai été interpellé par un bon message [1] de L’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle (IPSN) [2] de début décembre 2016. Je vous en transmets quelques extraits car je suis en grande partie d’accord avec ce qui est dit.

    « Je vous livre ici la recette du petit-déjeuner de champion préconisée par le nutritionniste Anthony Berthou :

    • 1 à 2 oeufs à la coque (à remplacer par 15 à 20 g de protéines de chanvre en poudre pour les végétaliens ou un mélange riz/pois). 
    • 30 g d’oléagineux (noix, noix de cajou, amandes, noisettes) et 1 à 2 noix du Brésil. Non grillés c’est mieux, et avec la peau, sauf pour les personnes qui ont du mal à la digérer. 
    • 1 fruit coupé en dés : une banane, une pomme ou une poire selon la saison (bio bien sûr et avec la peau) et éventuellement 5 à 6 myrtilles en saison ou 1 kiwi. Limiter le tout à une portion de fruit (150 g). Vous pouvez éventuellement rajouter une dizaine de baies de goji bio. 
    • 15 à 20 g de graines de lin fraîchement moulues (…) ou une cuillère à soupe d’huile de lin, de cameline, de noix ou de chanvre. Toujours vierge et première pression à froid. 
    • Pour ceux qui apprécient le goût : ¼ de cuillère à café de cannelle en poudre.
    • Si vous souhaitez une texture onctueuse, rajouter ½ à 1 yaourt non sucré de chèvre, brebis ou soja. 
    • Eventuellement 20 à 30 g de flocons d’avoine, d’épeautre ou de châtaigne, ou une tartine de pain sans gluten de qualité (sarrasin) avec une cuillère à café de purée d’amandes complètes. 
    • Un thé vert bio infusé à 85 degrés ». 

    Je voudrais juste préciser et rajouter :

    • Qu’il faut souvent tenir compte des intolérances alimentaires, qu’on les constate par soi-même ou qu’on les détermine par un test simple et relativement peu coûteux par rapport aux services qu’il rend [3] qui ne nécessite pas de prise de sang ;
    • Qu’il faut être très attentif et évaluer par soi-même les effets d’une consommation régulière de produits apportant du gluten et/ou du lactose, en particulier chez les enfants ayant des troubles de l’attention,
    • Je préfère parler d’une petite poignée que d’un poids de 30 grammes.
    • Qu’il est parfois nécessaire de faire tremper les oléagineux la veille.
    • Que rien n’est obligatoire, même les œufs : on peut ne pas les aimer, les supporter ou y être intolérant(e). Je propose alors de remplacer par une protéine animale comme de temps en temps un peu de poisson, de jambon bio sans nitrate, même d’un peu de viande. Et pour les végétariens je conseille un complément que j’apprécie énormément le « Plant Fusion » distribué par en magasins ou certaines pharmacies ou le site NCI.
    • Que l’important, c’est avant tout de maîtriser et limiter la consommation de produits sucrés, en ayant toujours en tête les conséquences immédiates et à terme de cette alternance « hyperglycémie-hypoglycémie ». Consommez des fruits pas ou peu sucrés comme une pomme (bio ou du terroir) une poire ou des fruits rouges.
    • Qu’il est fondamental de consommer des protéines et des graisses naturelles de bonne qualité en début de journée : elles ont un effet rassasiant, donnent de l’énergie et, si elles ne sont pas systématiquement associées à de grandes quantités de produits sucrés, permettent d’éviter les troubles de l’attention en cours de matinée et le « coup de pompe » de fin de matinée.
    • Anthony Berthou insiste sur la nocivité des jus de fruits, en particulier du jus d’orange (mais c’est aussi valable pour le jus de pomme, de poire ou de pamplemousse) : « Refuser celui que l’on vous propose provoque bien souvent la réaction de votre hôte : “C’est bon pour démarrer la journée” ou encore “Vous savez, c’est du bio”. Car la plupart des gens s’imaginent que les jus de fruits sont bons pour la santé. En même temps, il est vrai que les autorités de santé en France en sont encore là : le Plan National de Nutrition et de Santé estime que prendre un jus d’orange revient à manger un fruit.
    • C’est un raisonnement un peu court. Car un verre de jus d’orange, c’est d’abord un concentré de sucre. A fortiori, si l’on vous sert un jus industriel auquel aura été ajouté du sirop de glucose. Mais même le bon jus pressé de vos mains contient trop de sucre. Simplement parce que le sucre se trouve dans le “jus” du fruit.
    • Ainsi, un jus d’oranges bio pressées reste deux fois plus sucré que le fruit seul !
    • Car la différence tient surtout au fait que dans un fruit consommé entier et non pressé, le sucre n’est pas seul. Il est livré avec des fibres et des nutriments qui le font passer moins vite dans le sang. L’avantage est que votre pancréas n’a, dans ce cas, pas besoin de surréagir. A l’inverse, si une dose trop forte de sucre arrive dans le sang, il est obligé, par réaction, de produire une quantité phénoménale d’insuline afin de rétablir l’équilibre.
    • Au fil des années, le risque de diabète de type 2 s'accroît. Cette maladie, autrefois appelée diabète non insulinodépendant (DNID) correspond à une hyperglycémie à cause d’un mauvais fonctionnement du pancréas. Soit la quantité d’insuline fabriquée est insuffisante pour traiter le diabète, soit l’insuline agit mal.
    • Le meilleur moyen d’éviter cette maladie - voire d’en sortir - est donc d’éviter les habitudes alimentaires qui gavent l’organisme de sucre. L’activité physique est également un allié contre cette maladie de civilisation ».

    Je rejoins totalement Anthony Berthou et vous invite donc à vous documenter et à réfléchir encore.

    Adaptez le petit déjeuner à vos envies, à vos besoins, à votre mode de vie.

    Surtout ne cherchez pas de fausses excuses pour consommer et surtout donner à vos enfants de mauvaises et néfastes habitudes.


    votre commentaire
  • Vous pouvez par exemple, à la place d’avaler un anti-inflammatoire, vous préparer un remède pour lutter contre la sinusite.

    Dans un flacon de 10 ml, mélangez ½ cuillère à café de chacune des huiles essentielles (HE) suivantes :

    • HE Ravintsara
    • HE Thym thymol
    • HE Menthe poivrée
    • HE Niaouli

    Ensuite, il ne vous reste qu’à :

    • Faire bouillir de l’eau
    • Verser 15 gouttes de votre mélange dans l’eau bouillante
    • Inhaler la vapeur plusieurs fois par jour

    Cela n’a rien de difficile, et vous évite de développer une résistance aux médicaments.


    votre commentaire
  • 1.L’hydratation à la crème fraîche

    Au départ, j’avoue que j’avais un petit doute à l’idée de me tartiner le visage avec de la crème fraîche. Et puis je me suis dit qu’il existait bien des « crèmes fraîches de beauté » vendues dans le commerce pour soigner les peaux déshydratées. Alors, pourquoi ne pas essayer la version de base ? En effet, la simple crème fraîche (entière et épaisse) dispose d’un pouvoir hydratant en raison de sa teneur en matières grasses. Elle va nourrir efficacement votre peau, même si elle est très sèche.

    Comment l’utiliser ? Rien de plus simple. Il suffit de l’appliquer au doigt en très petite quantité sur votre visage comme vous le feriez avec n’importe quelle crème hydratante. Laissez-la posée un bon quart d’heure avant de rincer à l’eau tiède. Vous pourrez ensuite entamer votre séance de maquillage sur une peau parfaitement hydratée et belle.

    2. La fécule de maïs comme poudre matifiante

    La fécule de maïs fonctionne exactement comme une poudre matifiante sur votre peau. Elle l’empêchera de briller. Pour l’appliquer, rien de mieux que le traditionnel pinceau. Pas besoin d’en mettre des tonnes. Vous pouvez même y ajouter de la poudre de cannelle pour l’été qui vous donnera un teint plus hâlé (je vous explique plus loin comment). Là encore, ces éléments sont totalement naturels, généralement non agressifs pour la peau et peu coûteux en comparaison aux cosmétiques du commerce. À noter que la poudre de riz fera tout autant l’affaire, mais son grain est plus épais, c’est moins agréable.

    La poudre matifiante est une chose, mais la poudre bronzante en est une autre. Rien ne vous empêche pour « sculpter » votre visage et lui donner un accent hâlé d’utiliser de la poudre de cannelle, qui, contrairement à l’huile essentielle ou à l’extrait de cannelle, ne brûle pas. Il faut un gros pinceau à blush qu’on a très légèrement saupoudré de poudre. On l’applique alors comme un blush, sur les zones saillantes du visage. Pensez surtout au haut des pommettes à colorer très discrètement en tirant le pinceau vers les tempes.

    3. Du fard à paupières fait d’épices

    Faites un tour dans votre cuisine et regardez la couleur des épices que vous avez l’habitude de consommer. Le bel orangé du curcuma ou le vert étonnant de la poudre de sauge… De quoi donner plus de profondeur à votre regard. Bien sûr, vous éviterez de vous mettre de la poudre de chili autour des yeux ou tout autre mélange contenant du piment ou du poivre. Quant à la poudre de cacao, elle est idéale pour décliner les tons marron. Vous pouvez là encore l’appliquer au pinceau ou au doigt juste après avoir hydraté votre peau. Elle restera collée plus facilement.

    Si votre peau est déjà sèche, n’hésitez pas à délayer une toute petite pointe de ces épices douces dans une goutte d’eau. Vous obtiendrez un fard à paupières liquide, facile à appliquer à l’applicateur mousse ou au doigt. Mélangez, innovez et tirez parti de tous ces pigments colorés. En fonction du dosage de chaque épice, vous obtiendrez des mélanges de pigments originaux tirant sur le doré (cannelle + curcuma), l’anis (gingembre + curcuma + sauge) ou autre.

    N’en mettez jamais dans l’œil cependant ! Et soyez chiche sur les quantités.

    J’en profite pour préciser : faites toujours un essai sur une autre partie de votre corps avant de tester de nouveaux produits, sur votre visage en particulier. J’ai pour habitude d’utiliser le creux du coude, un réflexe salutaire pour vérifier que l’on n’est pas allergique. De plus, allez-y doucement, un produit naturel ne signifie pas un produit sans risque. Je reviens par exemple sur la cannelle qui est loin d’être absolument inoffensive. Si vous en abusez sur votre peau ou si vous l’utilisez trop régulièrement, elle peut finir par vous irriter un peu, bien qu’elle n’ait rien à voir avec l’huile essentielle de cannelle ou l’extrait aromatique, qui ne sont jamais utilisés en cosmétique.

    4. Le démaquillage à l’huile

    Qui dit maquillage dit aussi démaquillage. Après toutes ces astuces pour être belle au naturel, autant opter pour un démaquillage tout aussi fidèle à votre démarche.

    Pour cela, rien de mieux que de l’huile d’amande douce ou de noyaux d’abricot ! Appliquez-la à l’aide d’une éponge douce, humide mais bien essorée, ou même simplement à la main. Sans abîmer votre peau, elle viendra à bout des maquillages les plus résistants. Passez pour finir un gant mouillé sur votre visage (éventuellement avec un peu d’eau florale de rose ou de lavande), et vous voilà tout aussi radieuse qu’avant, mais au naturel.


    Amicalement,

    Manon Lambesc   lettre-beaute-au-naturel.com


    votre commentaire
  • Douleurs, anxiété, mémoire, beauté : elles agissent sur tout !

    Rassurez-vous, je ne vais pas vous inonder d’études scientifiques.

    Mais vous devez savoir que les huiles essentielles obtiennent de magnifiques résultats à chaque fois qu’elles sont testées avec rigueur :

    • Elles améliorent votre mémoire ! Parmi deux groupes de volontaires, ceux qui ont été placés dans une salle avec un diffuseur d’huile essentielle de romarin ont nettement mieux réussi des exercices de mémoire. Une supériorité de 70 % !! [5] 
    • Cette même huile essentielle de romarin aide aussi à faire repousser vos cheveux ! Au bout de 6 mois d’application sur le cuir chevelu, dans des conditions bien contrôlées, les patients ont bénéficié d’une repousse de leurs cheveux identique au groupe qui a pris du minoxidil, un médicament efficace mais très dangereux [6] ;
    • En seulement 2 semaines, des capsules d’huile essentielle de menthe poivrée ont effacé les douleurs de 75 % des patients souffrant de côlon irritable [7]. Cette puissante huile essentielle diminue aussi l’intensité des migraines [8], et fait au moins aussi bien que le paracétamol contre les maux de tête [9] ;
    • L’huile essentielle de lavande vraie supprime l’anxiété et vous rend serein. Cela a été testé avec succès… dans la salle d’attente d’un dentiste, où l’inquiétude est à son comble ! [10] 
    • Contre l’acné [11], il a suffi de 8 semaines pour qu’un mélange d’huile essentielle d’oranger, de basilic doux et d’extrait de vinaigre efface les boutons et lésions à 75 % ;
    • L’équivalent de quelques gouttes de Mentha Arvensis sur l’endroit qui vous fait mal réduit instantanément la douleur [12]… c’est particulièrement précieux si vous souffrez d’arthrose !

    La force des huiles essentielles est tellement évidente que certains hôpitaux commencent à les introduire dans leurs services.

      [5] Rosemary aroma may help you remember to do things, British Psychological Society, April 2013
    [6] Rosemary oil vs minoxidil 2% for the treatment of androgenetic alopecia: a randomized comparative trial, Panahi Y, Taghizadeh M, Marzony ET, Sahebkar A. Skinmed. 2015 Jan-Feb
    [7] Enteric-coated, pH-dependent peppermint oil capsules for the treatment of irritable bowel syndrome in children, Kline RM, Kline JJ, Di Palma J, Barbero GJ, J Pediatr. 2001 Jan
    [8] Essential plant oils and headache mechanisms, Göbel H et al, Phytomedicine. 1995 Oct
    [9] Effectiveness of Oleum menthae piperitae and paracetamol in therapy of headache of the tension type, Göbel H et al, Nervenarzt. 1996 Aug
    [10] Dental patient anxiety: Possible deal with Lavender fragrance, Zabirunnisa M et al, J Res Pharm Pract. 2014 Jul
    [11] Effectiveness of antimicrobial formulations for acne based on orange (Citrus sinensis) and sweet basil (Ocimum basilicum L) essential oils, Matiz G et al, Biomedica. 2012 Jan-Mar
    [12] Topical menthol, ice, peripheral blood flow, and perceived discomfort, Topp R, J Athl Train. 2013 Mar-Apr


    votre commentaire
  • lettre-beaute-au-naturel.com

    Mais d’abord, comment ça marche l’eczéma ?

    Il faut bien avouer que le mécanisme de l’eczéma reste encore un peu mystérieux. Hérédité, système immunitaire affaibli, stress… les raisons semblent nombreuses, de même que les cas. Il toucherait environ 10 % des adultes et 30 % des enfants !

    Il peut tenir de l’allergie (eczéma atopique) comme du contact direct avec les substances chimiques qui nous entourent : lessive, savon, produits d’entretien… (eczéma de contact). Il faut également regarder du côté de nos organes (reins, intestins, mais surtout le foie), parfois surchargés en interne. Il n’est pas inintéressant, dès lors, de commencer son traitement par une petite cure détox à base de plantes drainantes comme le pissenlit ou la bardane.

    L’huile pour que ça ne gratte plus

    Voici la recette de l’huile que j’ai préparée pour mon amie. Vous mettrez les ingrédients suivants dans un flacon codigoutte de 10 ml :

    • 9 ml d’huile végétale de calendula ;
    • 2 gouttes de géranium bourbon ;
    • 2 gouttes de lavande vraie (je suis prête à parier que la lavande aspic sera plus efficace en cas de fortes démangeaisons, mais je n’en avais pas à la maison) ;
    • 2 gouttes de camomille allemande [1].

    L’huile de calendula est vraiment la plus douce que vous puissiez trouver. Elle est idéale pour les peaux sensibles et on la recommande même pour les bébés (ce qui n’est pas le cas des huiles essentielles !). Ses vertus anti-inflammatoire, antiallergique et antiprurigineuse la désignent clairement comme la candidate idéale aux traitements anti-eczéma.

    Du côté des huiles essentielles, j’ai choisi le géranium bourbon qui, en plus d’être relaxant, est conseillé contre différents types de dermatoses. J’ai mis de la camomille allemande car elle combat efficacement les démangeaisons, notamment grâce au chamazulène qu’elle contient. Elle rendra la préparation toute verte, mais ne vous inquiétez pas. 

      Ajoutez-y le côté apaisant et cicatrisant de la lavande et les croûtes ne devraient pas faire long feu.

    Attention cependant, n’allez pas croire que cette huile à elle seule peut à coup sûr guérir l’eczéma. Le but est surtout d’apaiser une peau fragile déjà abîmée par des grattages constants.

    Par ailleurs, si vous ne supportez pas les huiles essentielles – chez certaines personnes qui ont la peau hyperréactive, par exemple, elles peuvent augmenter les démangeaisons –, optez pour l’huile de bourrache [2]. Cette huile végétale est une des plus riches en « bons » oméga-6, qui sont excellents en cas d’inflammation cutanée. Et bye-bye les gratouilles !

    Sources

    [1] On l’appelle aussi la « matricaire » (matricaria recutita). On trouve cette huile essentielle plus difficilement mais il y en a au sein du réseau des artisans Slow Cosmétique, ici : https://www.slow-cosmetique.com/aroma-sante/huiles-essentielles/huile-essentielle-de-camomille-matricaire.html

    [2] Julien Kaibeck qui co-écrit la lettre beauté à laquelle vous êtes abonné(e) recommande l’huile de bourrache vierge et bio, qu’on trouve dans sa sélection de produits pour l’eczéma : https://www.slow-cosmetique.com/corps/selection-de-julien/tendance-eczema.html


    votre commentaire
  • Le doux parfum de Noël

    doux parfum de noël

    Découvrez comment parfumer la maison à l'occasion des fêtes de fin d'année ! En mode Slow Cosmétique et avec les huiles essentielles, of course !

    Dans cet article, nous vous invitons à mettre vos sens en éveil. Les huiles essentielles d'orange douce, de clou de girofle et de cannelle sauront vous mettre en émoi et créer une ambiance chaleureuse...

    Comment fabriquer un parfum d'intérieur pour Noël ?

    Oubliez les bougies parfumées chimiques et les parfums synthétiques qui polluent la maison plus qu'ils ne parfument ! On peut facilement fabriquer un parfum d'ambiance naturel avec un peu d'alcool et quelques huiles essentielles...

    Voici un exemple de recette à personnaliser :

    Pour un parfum d'intérieur de 50 ml environ, à vaporiser

    • récupérez ou achetez ici un flacon spray de 50ml au moins
    • versez-y une synergie de 32 gouttes d'huiles essentielles agréablement parfumées qui font penser à Noël.
      Pour un parfum gourmand : 25 gouttes d’huile essentielle d’orange douce (essence du zeste), puis 5 gouttes d’huile essentielle de clou de girofle et 2 gouttes d’huile essentielle de cannelle feuille ou écorce.
      Pour un parfum plus vivifiant : 12 gouttes d'huile essentielle de d'épinette noire, 15 gouttes d'orange douce et 15 gouttes d'huile essentielle de sapin blanc.
    • ajoutez 2 ou 3 grosses gouttes de glycérine végétale
    • complétez alors pour remplir le flacon avec 5 à 6 cuillères à soupe d’alcool à 70 ° ou à défaut de vodka nature très alcoolisée et non odoriférante.
    • fermez le flacon et secouez bien. Laissez reposer 24 heures au frigo avant de vaporiser.

    On utilise ce parfum d'intérieur pour parfumer le sapin ou des objets (pas électriques ni allumés), ou pour vaporiser dans les toilettes, dans le hall, sur les tapis non fragiles. Evitez toujours de vaporiser sur les textiles fragiles qui pourraient se tacher. Le cuir peut être vaporisé mais de loin et mieux vaut faire un test sur un endroit non visible au préalable. La doublure en tissu d'une trousse ou d'un panier se prête aussi à merveille à l'aromatisation avec ce parfum maison.

    odeurs de noel

    Quelles Astuces pour une maison qui sent bon Noël ?

    Il y a plein de petites choses à faire en plus pour que la maison sente vraiment les fêtes de Noël...

    orange avec clous de girofle Une belle orange transformée en pomme d'Ambre
    • utilisez un bon diffuseur d'huiles essentielles pour diffuser un mélange à parts égales d'huile essentielle d'épinette noire, de sapin blanc et d'orange douce. C'est le trio gagnant pour une maison qui respire le frais et qui soit chaleureuse à la fois.
    • piquez des oranges avec des clous de girofle pour en faire des pommes d'ambre à placer sur les armoires. Ces oranges parfument aussi délicatement la table ou le linge si on les met dans le vestiaire.

    • utilisez votre spray parfumé fait maison tel que décrit ci-dessus pour parfumer des pommes de pin séchées que vous placerez un peu partout.
    • achetez une bougie parfumée vraiment naturelle comme celles que l'on trouve dans le réseau des marques Slow Cosmétique. Vous éviterez ainsi les vilains phtalates et réchaufferez l'ambiance lumineuse.

    Passez de très belles fêtes et profitez-en pour semer de l'amour autour de vous, et pour vous-même aussi !


    votre commentaire
  •   Bonsoir , moi j’ai une petite découverte que j’ai voulu partager avec vous, je prépare une crème à base d’huile de camphre plus quelques goutes d’huile essentielle de romarin avec de la vaseline dans une petite boîte, et je l’utilise pour le mal de dos ainsi que pour l’eczéma des pieds en passant par les bronchites. Je suis toujours satisfaite du résultat.

    Bonjour,

    Je me souviens que ma belle-maman préparait une pommade magique qui guérissait des bobos de toutes sortes : boutons, eczéma, petites coupures et plaies, elle faisait fondre 2 carrés de camphre dans un morceau de cire d’abeille et cette pommade pouvait se garder des années, je parle avec expérience et aujourd’hui je suis son exemple.

      Bonsoir. Voici une recette excellente contre les hémorroïdes: Fait fondre du camphre dans du « beurre naturel préparé selon une méthode marocaine avec du sel et du thym. Le beurre ainsi préparé est laissée dans un bocal fermé hermétiquement pendant au moins 1 mois. En dialecte marocain: Smène » on peut le trouver chez les vendeurs de produits laitiers de campagne. Son odeur ressemble à celle du roquefort.
    On fait fondre un carré de camphre dans environ 1CàS de Smène. Lors de la préparation une odeur très désagréable est dégagée! La préparation peut être conservée au frigo.
      Pour des hémorroïdes externes on l’utilise comme une crème. On se débrouillera comme on peut pour les internes!
    Croyez moi que c’est miraculeux dès la première application.

       Bonjour, je confirme que le camphre est un produit miraculeux. personnellement j’utilise du « vicks vaporub » en pommade, arrêt immédiat de la douleur, dès la pose de la pommade. moi qui en ai souvent a cause d’une constipation chronique, je savais que le froid calmait la douleur, un jour d’une grosse crise je n’avais que ça sous la main, j’ai essayé, MIRACLE !!!je recommande ce produit, cela fait des années que j’utilise.   lola

      Quand quand j’étais petite, une grand mère a conseillé à ma mère l’alcool de camphre pour faire partir les poux.
    Un vrai miracle, on avait essayé tous les produits!

      J’ai 75 années et quand j'étais toute jeune ma mère nous frottait avec du camphre dans la nuque et la poitrine pour le rhume et de toutes sortes de maladies et hier j’avais le sciatique qui me faisait mal; je me suis frottée et ce matin ça va très bien; dommage qu'il n'y ait pas plus de monde qui soit au courant ..by by et merci.

      Astuces trouvées sur le blog:

      http://huiles-essentielles-aromatherapie.eu/le-camphre/  

    Compositions réalisables :
            Nous retiendrons l'huile camphrée et l'alcool camphré dont la réalisation est à la portée de tous, et sans danger en usage externe, en respectant les conseils donnés plus avant.
            Il est bien entendu possible de faire une pommade avec de l'axonge. Certains font aussi du vinaigre camphré, mais nous nous en tiendrons aux deux premiers exemples.
            Nous vous mettrons cependant en garde contre l'utilisation de la vaseline liquide qui ne doit jamais être substituée à l'huile (olive, amande, etc) dans vos préparations, car il y a production d'indurations sous-cutanées sévères.
            Le camphre ne pouvant pratiquement pas être travaillé au mortier, la solution est de le râper et de le tamiser ensuite.

      Huile camphrée.
            Camphre 100 grammes, huile d'olive ou d'amandes douces 900 grammes.

      Eau-de-vie camphrée.
            Camphre 30 grammes, alcool à 85° 0,6 litre, eau 0,4 litre.
            Faire dissoudre le camphre dans l'alcool, puis ajouter l'eau pour faire 1 litre de solution.
            Variante : camphre 10 grammes, alcool à 60° 390 grammes.

      Alcool camphré, (teinture). Composition plus énergique à tester impérativement avant d'en faire
      un usage plus étendu.
            Camphre 12,5 grammes, alcool à 85° 100 grammes.

            Ces compositions sont à utiliser en cas de coups, contusions, entorses, douleurs. . . . .
     

    Usages :
            Bien que très employé en usage interne, nous passerons sous silence cet aspect médical (réservé aux professionnels) de ses propriétés.
            En usage externe, tout le monde a entendu parler du fameux "Baume du tigre" où le camphre est employé en mélange avec un corps gras (à base de paraffine), du menthol et des huiles de clous de girofle, cannelle, cajuput(*), menthe et sans doute d'autres huiles essentielles, car le secret règne dans ces préparations.
            Le camphre est renommé pour ses propriétés antiseptiques, anti-infectieuses et anti-virales, c'est un puissant antalgique, un analgésique, un anti-inflammatoire, un tonique général, un stimulant respiratoire. Il agit contre les douleurs rhumatismales, les douleurs musculaires et même contre les migraines.
            On l'utilise, (dilué dans de l'huile végétale, et avec précaution sur la peau car il devient toxique à hautes doses) en frictions le long de la colonne vertébrale ou sur les zones douloureuses. En massage du thorax ou du dos, en cas de problèmes respiratoires.
            Ne jamais l'utiliser sur des enfants de moins de 6 ans ou pour les femmes enceintes car le camphre contient des cétones. Nous recommandons de faire un test de sensibilité, par exemple à l'intérieur du bras au niveau du poignet avant d'en faire usage.

              Il est bien entendu possible d'ajouter quelques gouttes (quelques gouttes seulement), d'huiles essentielles connues pour leur action en cas de courbatures ou rhumatismes : Origan (Origanum Majorana), Cyprès (Cupressus Sempervirens), Ravensare (Ravensara Aromatica), etc.

      http://www.alchimie-pratique.kruptos.com/camphre.html


    votre commentaire
  • Réaliser votre lotion anti-âge bio

    Prête en quelques minutes, cette lotion anti-âge 100 % naturelle lisse les rides et atténue les tâches brunes sur la peau.

    Ingrédients  

    • ¼ de litre d’eau de source bouillante
    • une poignée de feuilles de persil frais

    Recette

    Laissez infuser le persil dix minutes dans l’eau. Filtrez le mélange et laissez refroidir, puis vaporisez sur votre visage.

    Appliquez cette lotion vitaminée tous les deux jours pendant un mois. Antirides, elle éclaircit le teint et atténue les taches brunes.

    Le saviez vous ? Le persil, élixir de jeunesse, est quatre fois plus riche en vitamine C que l’orange ou le chou.

    En savoir plus sur
     http://www.consoglobe.com/beaute-bio-lotion-anti-age-maison-

    votre commentaire
  • La Lettre du Docteur Rueff

    Chère amie, cher ami,


    Vous avez très certainement déjà entendu parler des vertus du « régime méditerranéen ». Des vertus spectaculaires sur la santé et la longévité, surtout si on les compare aux modes de vie d’autres populations, du nord de l’Europe par exemple.

    Et, tout aussi certainement, vous connaissez les bases de ce régime : beaucoup de poisson, peu de viande rouge, une préférence marquée pour les aliments d’origine végétale…

    Mais l’on oublie souvent que l’un des « ingrédients » de ce régime plus sain que les autres sort du strict cadre de l’alimentation : c’est le soleil. Il brille là-bas plus longtemps et plus généreusement qu’ici !

    Le résultat ? Un apport naturel extrêmement riche en vitamines D.

    Or, cet apport est déterminant… La vitamine D intervient dans l’absorption du calcium et du phosphore par les intestins, ainsi que dans leur réabsorption par les reins. Elle influence plus de 200 gènes, ce qui expliquerait son importance potentielle dans de nombreuses maladies.

    Et c’est cette intervention capitale qui vient à nous manquer chaque année, en France, dès que nous rentrons dans l’automne. Pourquoi ? Parce que la vitamine D, apportée par l’alimentation, est avant tout synthétisée par l’organisme au niveau de la peau sous l’action des rayons solaires ou ultraviolets

    L’équation est simple : moins de soleil = moins de vitamine D !

    En France, une grande partie de la population est déficiente et parfois à la limite de la carence. Y compris chez ceux qui s’exposent plus longtemps au soleil !

    Je vous propose aujourd’hui de découvrir l’incroyable éventail des pouvoirs de cette précieuse vitamine… et comment en profiter sans avoir à déménager en Crète.

    Quels sont les pouvoirs de la vitamine D ?

    La vitamine D agit en stimulant l’absorption intestinale du calcium et sa fixation dans les os. Elle est principalement produite par le corps sous l’action des rayons ultraviolets UVB sur la peau. On la trouve également dans les poissons marins gras, mais, selon l’Académie de médecine, il faudrait manger 400 grammes de saumon par jour pour avoir un apport journalier optimal en vitamine D [1] !

    Un déficit entraîne un rachitisme chez l’enfant et l’adolescent et une décalcification osseuse (ostéomalacie) chez l’adulte. Elle contribue également à l’ostéoporose chez la femme ménopausée et le sujet âgé. Elle pourrait également avoir d’autres effets, notamment dans la prévention de certaines maladies infectieuses ou auto-immunes ainsi que dans le diabète de type 1, mais des études sont encore nécessaires pour conforter ces effets, relève l’Académie.

    Voici 14 cas dans lesquels des études ont prouvé le danger que présentait une carence en vitamine D, et à l’inverse les effets positifs d’une supplémentation.

    1 – La vitamine D booste l’immunité

    La vitamine D joue un rôle essentiel pour activer l’immunité, éviter les rhumes et la grippe et en diminuer la durée [2].

    Elle accroît l’activité des macrophages (ces globules blancs qui « digèrent » les bactéries) et favorise la production de peptides anti-infectieux et de cytokines anti-inflammatoires.

    Il existe une relation entre les variations saisonnières du statut en vitamine D d’une population et l’incidence et la gravité des pathologies infectieuses, en particulier respiratoires.

    Les apports en vitamine D sont inversement corrélés à la fréquence des infections respiratoires hautes. Un apport de 1200 UI/j. (30 µg/jour) conduit à une réduction de 42 % de l’incidence de la grippe chez des écoliers japonais.

    2 – La carence en vitamine D triple le risque cardiovasculaire 

    Les mêmes auteurs ajoutent à cela que cette vitamine joue un rôle vital chez les sujets âgés en réduisant le risque de décès, notamment par maladies cardiovasculaires.

    3 – La carence en vitamine D favorise la sclérose en plaques

    Pour la première fois, une étude à large échelle établit un lien entre le taux sanguin de vitamine D et le risque de sclérose en plaques. Cette étude a été menée au sein de l’armée américaine sur 257 membres du personnel.

    Au total, les sujets dont les taux sériques se situaient dans la partie supérieure avaient un risque de développer une sclérose en plaques inférieur à 62 % [3]. L’apport de vitamine D ou l’exposition aux rayons solaires (UVB) retarde ou empêche l’expression de la maladie sur des modèles animaux de sclérose en plaques (SEP).

    La sclérose en plaques, mais également d’autres maladies auto-immunes comme le diabète de type 1 ou la polyarthrite rhumatoïde sont plus fréquentes dans les pays éloignés de l’équateur et dans les groupes de personnes avec des apports en vitamine D faibles, surtout avant l’âge de 20 ans.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •     Confectionner soi-même un onguent à base de produits naturels, c'est facile. Véronique Kerneur réalise des cosmétiques avec des plantes médicinales. (Rustica)

        Véronique Kerneur fabrique des baumes corporels maison et organise des ateliers d'initiation à ces produits cosmétiques au Jardin des magies, dans la Brenne (Indre).
    Parmi les ingrédients qu'elle utilise pour le baume, le macérat de souci (Calendula) adoucit les rougeurs de la peau; celui d'achillée millefeuille est recommandé pour les petites blessures et l'érosion de la peau.
    Le beurre de cacao apporte des vitamines A, E, F et D. Il hydrate la peau et la protège grâce à son effet filmogène.
    Le beurre de karité (riche en vitamines A et E) et la cire d'abeille possèdent, comme le beurre de cacao, des principes actifs régénérants et hydratants. Avec les quelques gouttes d'huile essentielle de lavande, antiseptique et calmante, le baume appliqué en fin de journée peut être employé pour se relaxer.
     
    Ingrédients :
    12 g de cire d'abeille
    12 g de beurre de cacao
    12 g de beurre de karité
    63 g de macérat huileux d'achillée millefeuille et de souci (Calendula)
    6 gouttes d'huile essentielle de lavande.

    Préparation du baume
     
    Avant d'engager la fabrication du baume, il est conseillé de nettoyer le plan de travail et les ustensiles avec de l'alcool, mais aussi de se désinfecter les mains ou de se servir de gants propres en caoutchouc.
    Pour chauffer les différents ingrédients, se munir d'une casserole bain-marie à double paroi ou de deux casseroles, la petite étant insérée dans la plus grande, remplie d'eau.
    Commencer par introduire dans la casserole la cire d'abeille, qui fond plus lentement, à partir de 63 °C. Quand elle devient liquide, ajouter les beurres de cacao et de karité. Une fois ces deux beurres fondus, verser les macérats huileux. Éteindre le feu et laisser refroidir avant d'ajouter les gouttes d'huile essentielle. Verser la préparation dans de petits récipients à fermeture hermétique.

    Le baume se conserve à l'abri de la lumière au moins 1 ou 2 ans. Il est déconseillé de prélever le baume avec les doigts mais plutôt avec une spatule pour des raisons d'hygiène. En augmentant la quantité de cire d'abeille, la préparation devient plus épaisse, ce qui permet de confectionner un baume pour les lèvres.
     
    Phytobrenne, Jardin des magies, 10 bis, rue de la Mairie, 36220 Mérigny. Tél. : 02 54 37 84 86 et 06 81 03 48 27.
    Réalisation : Amanda Petitgrand


    votre commentaire
  • Utilisations du gel d'aloe vera

     

    Grâce à ses nombreuses vertus, le gel d’aloe vera peut s’utiliser de différentes manières :

    > mélangé, comme soin hydratant express pour le visage en crème de jour légère, notamment l’été, mais aussi en crème de nuit, en le mélangeant avec 1 ou 2 gouttes d’huile végétale. Pour une émulsion minute, frottez dans les mains 1 cacahuète d'aloe vera avec 2 gouttes de votre huile végétale de beauté. 

    > mélangé, comme sérum traitant (= oléogel) pour la peau grasse. On compte alors 9 parts de gel d'aloe vera + 1 part d'huile de nigelle ou d'huile de jojoba. On aromatise avec 0,01 part d'huile essentielle peau grasse.

    > pur, comme soin post-épilation et comme soin après-soleil : il permet de calmer la sensation de brûlure tout en accélérant la cicatrisation.

    > pur ou mélangé, comme soin pour les cheveux en soin démêlant sur cheveux mouillés, ou comme soin quotidien fixant et coiffant sur cheveux secs

    >pur, comme ingrédient humectant dans les émulsions de crèmes

    ASTUCES BEAUTE A L'ALOE VERA

    Masque hydratant repulpant  : Réalisez un masque avec 1 cuillère à soupe de gel d’aloe, 1 cuillère à café de yaourt et 1 cuillère à café de miel. Appliquez en couche épaisse sur une peau nettoyée et laissez poser 10 à 15 minutes. Peau douce et rebondie garantie !

    > Après shampoing démélant : Fabriquez votre après-shampooing maison en mélangeant une cuillère à soupe de gel d'aloe vera avec 1/2 cuillère à café d'huile d'avocat. Frottez vos cheveux mouillés et laissez poser. Rincez ensuite rapidement et coiffez facilement (séchage au sèche cheveu à froid).

    > Contour des yeux liftant : Appliquez une toute petite quantité de gel d'aloe vera en tapotant longuement sur le contour des yeux. Ne laissez pas sécher et appliquez immédiatement votre crème de jour par dessus. Ca lifte !

     https://www.slow-cosmetique.com/le-mag/tout-sur-le-gel-daloe-vera/

      Une partie de ce texte est inspiré du livre 
    "Slow Cosmétique : Le Guide Visuel",
    paru chez Leduc et écrit par Julien Kaibeck et Mélanie Dupuis.

    votre commentaire
  •    Optez vous aussi pour l’un des gestes suivants en fonction de vos possibilités. En revanche, ne les combinez pas dans la même semaine. Les effets n’en seraient pas plus rapides et vous risqueriez d’en faire trop.

    Astuce 1 : ajoutez une goutte d’huile essentielle à votre dentifrice 

    Quatre fois par semaine (pas plus), on peut ajouter à sa dose de dentifrice une goutte d'huile essentielle de tea tree ou de citron bio. L'essence de citron bio est réputée assainissante pour la sphère buccale. Elle blanchit les dents en quelques semaines seulement. Cette simple goutte de zeste d’écorce de citron bio, mêlée à une dose de dentifrice, s’avère plus efficace qu’une autre astuce que vous connaissez peut-être et qui consiste à frotter sur les dents l’intérieur de la peau d’un citron. L’huile essentielle de tea tree quant à elle préserve efficacement la blancheur des dents ainsi que l'hygiène de la bouche. Elle assainit rapidement et durablement, mais je ne vous cache pas que son goût est moins agréable. Si vous optez pour cette solution, choisissez une huile essentielle pure et 100 % naturelle uniquement [2].
     

    Astuce 2 : ajoutez une pincée de bicarbonate de soude

    Une à deux fois par semaine, on peut ajouter une toute petite pincée de bicarbonate de soude alimentaire à sa dose de dentifrice. Certains dentifrices en contiennent d’ailleurs déjà dans leur formule. Cette poudre alimentaire légèrement abrasive révèle la blancheur des dents. Au contact de l'eau, de la salive et du dentifrice, le bicarbonate « polit » l'émail des dents sans l’abîmer. Contrairement à ce qui est dit parfois, il fond rapidement et ne peut donc pas endommager sérieusement les dents. Il convient cependant de pratiquer un brossage très doux et de ne pas utiliser le bicarbonate plus de deux fois par semaine. Petit bonus : le bicarbonate assainit la bouche et prévient la mauvaise haleine !

    Astuce 3 : faites un bain de bouche à l’hydrolat

    Votre dentiste vous a déjà certainement recommandé un bain de bouche régulier pour prévenir les caries et assainir au mieux les dents et la bouche. Il a bien raison ! Oui mais voilà, beaucoup de formules sur le marché sont alcoolisées ou truffées d’ingrédients synthétiques. Pour une version plus douce, plus naturelle, mais tout aussi efficace, saviez-vous qu’on peut utiliser un hydrolat de menthe poivrée bio ou de laurier noble bio ? L’hydrolat est l’eau, très faiblement chargée en molécules aromatiques, qui a servi à distiller une huile essentielle. Cette eau aromatique est fréquemment utilisée en cosmétique. Si on opte pour un bon hydrolat de menthe rafraîchissante ou de laurier assainissant [3], on a là un excellent bain de bouche à utiliser comme n’importe quel produit du rayon dentaire, mais en mieux. ;)

    Julien Kaibeck

    Soutenez le mouvement Slow Cosmétique grâce au shopping beauté engagé sur

       www.slow-cosmetique.com
    Sources :

    [1] Ces astuces sont inspirées des conseils bien-être que je vous donne dans mon livre Bien-être au naturel paru chez Solar et disponible ici

    [2] Certaines huiles essentielles sur le marché sont hélas « coupées ». Pour être sûr(e) de la qualité, préférez les huiles essentielles bio en direct du producteur, ici par exemple 

    [3] On trouve de bons hydrolats bio en direct du producteur ici

       (sur le site www.slow-cosmetique.com)


    votre commentaire
  •   Une recette 2 en 1 au rhassoul et à la rose pour affiner le grain de peau des peaux mixtes ou grasses, ou pour adoucir la peau sèche.

      Découvrez une recette simple de masque visage au rhassoul, à l'odeur délicieuse de rose, il est aussi bon pour la peau qu'agréable pour les sens, une vraie invitation au voyage !

      Le rhassoul est un minéral argileux naturel que l’on extrait dans les montagnes de l’Atlas, au Maroc. En Afrique de Nord, il est utilisé depuis des siècles  pour le nettoyage et le soin des cheveux et de la peau. Il fait partie intégrante de la "culture du hammam". Mélangé à l’eau, il gonfle pour former un gel à consistance bien agréable et absorbe les impuretés.

    Recette du masque visage au rhassoul

      - Procurez vous l'eau de Rose et le Rhassoul gris ultra fin de Bioflore, marque engagée et lauréate de la mention Slow Cosmétique

    rhassoul

      - Versez 1 cuillère à soupe de Rhassoul dans un bol

      - Mouillez le Rhassoul avec 1 cuillère à soupe d'eau de Rose, puis encore un peu moins d'une autre ajoutée très progressivement.
       Touillez et obtenez une pâte généreuse.

    rhassoul   - Appliquez sur la peau en couche épaisse. Laissez poser 15 minutes maxi sans laisser sécher l'argile.
       Rincez à l'eau tiède.

    rhassoul     Vous pouvez conserver la préparation en pot pour 2 ou 3 applications mais pas plus d'une semaine.

      https://www.slow-cosmetique.com/le-mag/recette-masque-purifiant-apaisant-tresor-du-maroc/

     

     


    1 commentaire
  • Parmi les 386 000 espèces de plantes recensées, la fiche Wikipédia ne relève que six plantes adaptogènes ! Il s’agit de :

    • le panax ginseng, plus connu sous le nom de « ginseng » (panax signifie « soigne tout », en grec, c’est la racine du mot « panacée ») ;
    • l’éleuthérocoque [1] (Eleutherococcus senticosus), aussi connu sous le nom de « ginseng sibérien » ;
    • la rhodiole (Rhodiola rosea) ;
    • l’astragale (Astragalus membranaceus) ;
    • le lapacho, un arbre d’Amérique du Sud ;
    • et la Schisandra chinensis.

    Mais il n’y a pas de liste officielle.

    Certains auteurs en excluent certaines et en ajoutent d’autres :

    • l’ashwagandha (Withania somnifera) ;
    • la salsepareille (Smilax aspera) ;
    • la codonopsis (Codonopsis pilosula) ;
    • la tulsi (Ocimum sanctum, O. gratissimum) ;
    • le tribulus ;
    • le cordyceps ;
    • le maca.

    En tout, une bonne douzaine donc, tout de même.

     (....)

    Précautions à prendre

    Les plantes adaptogènes donnent un coup de fouet. Votre corps et votre esprit vont mieux fonctionner.

    Cela veut dire que vous allez consommer plus de nutriments essentiels parce que vos cellules vont plus « carburer ».

    Le risque, alors, est de pousser votre organisme à fond, au-delà de ses capacités, sans vous en rendre compte, et de vous approcher ainsi dangereusement du burn-out. C’est toujours Christophe Bernard, cité plus haut, qui met en garde contre cela.

    Je recommande donc, pendant votre cure d’adaptogène, la prise d’un bon complément en multivitamines et minéraux, surtout de bons apports en magnésium. C’est encore plus important que d’habitude.

    Malgré tout, ça peut ne pas suffire. Arrêtez la cure si vous avez l’impression, au bout de quelques mois, que l’effet est en train de s’inverser. C’est classique. C’est le gros « inconvénient », si je puis dire, des plantes adaptogènes : elles ne peuvent pas vous stimuler toujours et partout.

    Elles sont là pour vous accompagner dans les moments difficiles, les temps d’épreuve, de changement, de conversion ou de reconversion. Pas pour mener une vie de fou permanente.

    Les dosages à respecter

    Pour l’éleuthérocoque, vous pouvez le prendre sous forme de teinture, 60 à 100 gouttes deux fois par jour, ou sous forme de racine en poudre, que vous préparez en décoction : mettre 1 à 2 cuillères à café bien remplies dans un demi-litre d’eau, faites frémir dix minutes, puis laissez reposer une heure avec un couvercle, et buvez.

    Pour le ginseng, c’est très simple car on trouve facilement des ampoules dans le commerce. J’ai recommandé une fois le ginseng blanc, le rouge étant traité à la vapeur haute température. Il se trouve que, selon toute probabilité, les deux se valent. Vous pouvez prendre 50 gouttes de teinture tous les matins ou alors 2 gélules de 500 mg de racine en poudre, une à deux fois par jour (jamais le soir).

    Pour l’ashwagandha, 40 gouttes de teinture trois fois par jour, ou alors ½ à 1 cuillère à café de racine en poudre sous forme d’infusion deux fois par jour, matin et soir.

    Pour les autres plantes, vous pouvez vous référer aux posologies indiquées sur des sites sérieux comme Passeport-sante.net ou le site de Christophe Bernard [4].

    Vous ressentirez les effets des plantes adaptogènes après trois ou quatre semaines. La rentrée scolaire est le moment idéal pour commencer. Je dis cela à tout hasard…

    À votre santé !

    Jean-Marc Dupuis  (Santé Nature Innovation )

      Sources:

    [1] Éleuthérocoque


    [4] PLANTES ADAPTOGÈNES


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires