•   Pour 100ml de déodorant environ. Dans un flacon en verre ou en plastique de 100ml, avec un embout spray, versez successivement à l'aide d'un entonnoir :

    -       6 cuillères à soupe d'eau hamamélis

    -       2 cuillères à soupe de vodka

    -       1 cuillère à soupe de glycérine végétale (en pharmacie, sur Internet ou chez le droguiste)

    -       15 gouttes d'huile essentielle de sauge sclarée, de citron ou de géranium rosat au choix (tu peux répartir les 15 gouttes entre plusieurs huiles essentielles) 

    Referme le flacon et agite bien la préparation. Utilise comme un déo spray en secouant avant chaque vaporisation. Le mélange se conserve un mois environ.

    sauge  sclarée


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • plein d'astuces sur

     

    http://www.feminin.ch/beauty/index.htm


    votre commentaire
  • Comment reconnaître un pervers narcissique ?

    Dominer l’autre et l’utiliser pour arriver à ses fins Toutes les formes de perversion se manifestent par des abus. L'emprise est un abus de pouvoir et, avant tout une captation de la pensée de l'autre, une confiscation de son intelligence. Comme un guerrier, le prédateur part à la conquête du territoire de l'autre. Petit à petit, il grignote son espace, l'empiète pour finalement l'envahir totalement. Il est le maître d'un monde fictif, inaccessible à l'échange, à l'écoute, et à la remis en question. Comme le renard des contes populaires, il est un "illusionniste" rusé. Il use et abuse d'armes subtiles. Il a recours à toutes sortes de ficelle : l'esquive, la séduction ou l'intimidation. Pour ne pas dévoiler ses intentions réelles, il utilise la manipulation. En public, il virevolte passant d'un masque à un autre. Il peut être Zorro ou un bon père de famille; un merveilleux docteur ou un brillant chef d'entreprise. Elle peut être la reine des amazones, une épouse modèle, mère irréprochable, une amie. Héros ou antihéros selon son auditoire, le renard (homme ou femme) n'a qu'un bu : captiver et attirer sa proie dans ses filets. L'illusioniste embobine son entourage, l'endort à coups de bons mots ou d'apparents "bons sentiments". Son charisme favorise les confidences qu'il peut ensuite utiliser pour empiéter sur le territoire de l'autre.

    Mais s'il écoute parler les autres; lui-même ne se confie à personne et s'arrange pour ne répondre à aucune question personnelle. Pas question d'enlever son masque ou de risquer de sortir de sa cachette. C'est un excellent acteur, il a plusieurs visages et plusieurs scénarios à sa disposition. Virtuose des tours de passe, on ne sait ni à qui on a à faire, ni où il est, ni ce qu'il veut. S'il se sent approché, il n'a plus qu'à utiliser une de ses pirouettes pour faire une retraite tout en élégance : un trait d'humour désarmant, ou au contraire décapant, qui masque une attaque en règle. Enfants, Caroline et Julien vivaient les repas familiaux du soir comme un supplice. Ils étaient dans l'attente que l'insupportable tension qui y régnait trouve un exutoire. Si leur père trouvait une cible en dehors de la sphère familiale, sur laquelle il se défoulait avec son prétendu sens de l'humour et des propos corrosifs, la soirée pouvait être "sauvée"! Dans un couple, bien souvent, lorsque l'un est pervers de façon active, l'autre, en miroir, va l'être de façons passive. L'un est un dominant tyrannique, l'autre un dominé qui prend l'habitude de se soumettre. Ainsi Pauline participe activement à la mise en scène des rituels familiaux chaque soir et y enrôle ses enfants. Son objectif est de détourner l'attention de son mari ; mais, ce faisant, elle ne remet pas en cause ses outrances. A cela s'ajoutent les effets pernicieux de l'emprise à long terme : celui qui est vampirisé est tellement dévitalisé qu'il n'a plus la force de combattre la perversion omniprésente de son conjoint. Les mécanismes de l’emprise : fascination, séduction, vampirisme.

     

     La rencontre avec une personne qui fonctionne dans le registre de la perversion est souvent vécue comme un véritable signe du destin, une évidence. L’évidence est le leurre de l’accroche perverse. Bien évidemment, il s’agit d’évidences trompeuses ! Le prédateur déploie une véritable propagande afin de séduire sa proie. Qu’il s’agisse d’une rencontre amoureuse, d’une relation amicale ou de travail, la démarche sera la même. Le séducteur fabrique une symbiose artificielle et provoquée : l’autre est soi ; l’autre est à soi. Au début de la rencontre, il pare sa proie d’atouts merveilleux : il s’agit de la flatter pour la conquérir. Couverte d’attentions et d’éloges, sa proie se sent portée aux nues, « comme sur un nuage ». À son insu, elle baisse la garde et renonce à toute vigilance : le séducteur devient irrésistible. Sa force de persuasion devient telle qu’il peut construire une mystification autour de leur rencontre jusqu’à faire croire que c’est un signe du destin : « Il n’y a pas de hasard » ! Ainsi sa proie est convaincue que cet être répond comme miraculeusement à toutes ses attentes, à ses manques, à ses blessures, qu’il peut tout entendre, tout comprendre. C’est comme s’ils s’étaient « toujours connus ».

     

     


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Joueyx Noël et Bonne année 2013!


    votre commentaire
  • Joyeux Noël à tous!


    votre commentaire
  •  

    Un peu d'humour...


    MESSAGE SANTÉ:

     


     
    1. Si la marche et le vélo étaient bons pour la santé,
     
    le facteur serait immortel.

     
    2. Une baleine nage toute la journée, ne mange que du poisson,
    boit de l'eau et est...grosse.

    3. Un lapin court et saute et ne vit que 15 ans. 

     
    4. Une tortue ne court pas, ne fait rien ... pourtant vit 450 ans.

      ET VOUS ME DITES DE FAIRE DE L'EXERCICE ?????!


    votre commentaire
  • Canicule

     

     

     


    votre commentaire
  • Quoi de plus vilain qu'une jolie jeune fille à la démarche de militaire en fin de manœuvre! La façon de se tenir, de marcher, d'évoluer est aussi importante que les soins que vous prodiguez à votre corps.


    Se tenir droite est la première chose à apprendre. Imaginez que vous ayez un collier où brille un magnifique diamant, suspendu entre vos seins. Imaginez encore que vous voulez que tout le monde le voie. Instinctivement, vous vous redressez, juste ce qu'il faut pour mettre en valeur le bijou. Observez maintenant votre position. C'est celle que vous devez adopter pour vous tenir droite: ni trop, ni trop peu. La juste mesure.

    La démarche est elle aussi importante. Elle ne doit pas être saccadée, ni traînante. Ne marchez pas non plus sur des œufs: c'est du plus mauvais effet. Dessinez mentalement une ligne et imaginez que vous êtes une équilibriste. Marchez sur cette ligne sans poser systématiquement les pieds dessus, mais en le rapprochant le plus possible. Voyez les défilés de mannequins. C'est le même mouvement, très accentué. Dans la vie de chaque jour, vous imiterez ces belles, sans les singer, en édulcorant les gestes. Exercez-vous devant un miroir afin de rendre le mouvement naturel. Il doit être léger et précis, sans donner l'illusion d'une leçon apprise. Ne tortillez pas du popotin, c'est vulgaire. Si la démarche est correctement effectuée, le mouvement des hanches doit être correct lui aussi. Les bras ne pendent pas comme deux balais. Le port d'un sac à main les oblige à être plus vivants, plus mobiles.

     

     

    Pas de mains dans les poches: c'est réservé aux messieurs.


    Enfin, ne montrez jamais, jamais que vous avez mal au pieds. Même si vous souffrez l'enfer, marchez comme si de rien était. Une seule plainte et on vous prendra pour une dinde: "Elle n'avait qu'à mettre des chaussures moins hautes". D'ailleurs, en société, vous n'avez mal nulle part. C'est comme ça !

     

    Les escaliers s'affrontent de face. Pour le descendre, visualisez la ligne de marche et allez-y prudemment, mais carrément. Regardez vos pieds le moins possible et restez bien droite. Ne laissez pas tomber le poids du corps sur la marche, mais faites travailler les genoux et les muscles des cuisses. Posez la pointe du pied, puis le talon et recommencez... jusqu'en bas. Songez à Mistinguett qui dévalait un escalier aussi facilement qu'on avale un petit crème!

     

    Pour monter un escalier, ne faites pas de mouvement de balancier à chaque marche. Là aussi, ce sont les muscle des cuisses qui doivent travailler. Appuyez le bout du pied sur la marche et donnez un "coup de muscle" pour fournir assez d'élan au corps. La totalité du mouvement doit paraître aisé.


    La station debout est fatigante. Évitez-la tant que possible. Si vous ne pouvez vous y soustraire, ne vous balancez pas d'un pied sur l'autre. Gardez les jambes parallèles et tenez-vous droite. Pour vous détendre, penchez le corps imperceptiblement vers l'avant en prenant appui sur l'avant du pied. Le talon sera soulagé, de même que votre dos. Si l'attente devait se prolonger, faites quelques pas, en faisant semblant, par exemple de regarder les vitrines environnantes. Dans un cocktail, déplacez-vous, ne serait-ce que de deux pas, histoire de soulager les jambes. Si vous ne pouvez vraiment pas faire autrement que de rester debout et immobile, souffrez en silence et ne montrez aucun signe d'impatience. Dites-vous que toutes les femmes présentes en sont au même stade que vous! Et là non plus, pas de mains dans les poches! Tenez une pochette, un verre, un journal, une scie sauteuse, mais occupez vos mains. Cela aura l'air plus naturel.


    votre commentaire
  • l'élégance selon Coco Chanel

    Les femmes peuvent tout donner avec un sourire et, avec une larme, tout retirer
    La mode est toujours un reflet de l'époque, mais on l'oublie si elle est belle
    Se déguiser est charmant. Se faire déguiser, c'est triste
    Feindre la naïveté vous donne l'air plus sot que votre ignorance
    La coquetterie est une conquête de l'esprit sur les sens
    Les trouvailles sont faites pour être perdues
    La beauté, c'est l'amour; la générosité, une forme de la passion
    La nature vous donne votre visage de vingt ans.
    La vie modèle votre visage de trente, mais celui de cinquante, c'est à vous de le mériter
    La vraie générosité, c'est d'accepter l'ingratitude
    Si vous êtes née sans ailes, ne faites rien pour les empêcher de pousser
    La parure, quelle science! La beauté, quelle arme! La modestie, quelle élégance!
    La richesse économe, le faste prétentieux, les libéralités sordides, ce sont les armes les plus sûres du suicide de la fortune
    On peut vous aimer malgré de grands défauts mais vous haïr pour de vraies qualités ou de grandes vertus
    On ne peut ouvrir de barrières que celles que l'on a soi-même fermées
    L'innovation ratée, c'est pénible; la reconstitution, c'est sinistre
    Pour une femme, trahir n'a qu'un sens: précisément, celui des sens
    Il n'y a que la vérité qui n'ait pas de bornes
    Le dégoût, c'est souvent l'arrière-garde du plaisir, et souvent, l'avant-garde
    Le "bon goût" ruine certaines valeurs réelles de l'esprit. Le goût tout court, par exemple
    Il est un moment où on ne peut plus toucher à une œuvre: c'est lorsqu'elle est au pire
    On peut en être réduit à tromper par excès de délicatesse dans l'amour
    La mode est une reine et parfois une esclave
    Le visage est un miroir où se reflètent les mouvements de la vie intérieure: accordez-lui beaucoup de soins
    Puisqu'il est convenu que les yeux sont le reflet de l'âme, pourquoi ne pas admettre que la bouche soit aussi l'interprète du cœur
    Par la coquetterie, même le cours du temps s'arrête pour les femmes
    Il y a des geste d'amour et de tendresse qui n'ont de sens que dans le dévouement
    Nos maisons sont nos prisons. Sachons y retrouver la liberté dans la façon de les parer
    On peut s'accoutumer de la laideur; à la négligence, jamais
    C'est le propre d'un esprit faible que de se vanter d'avantages que le hasard peut seul nous donner.


    votre commentaire