• 1. Une crème de jour doudoune : Le matin, après avoir rafraîchi le visage, les personnes à la peau sèche ou couperosée peuvent chauffer une toute petite quantité de beurre de véritable karité bio [1] entre les mains et la masser sur le visage. On pratique ce geste protecteur et très doux avant d’appliquer sa crème habituelle, qu’on aura veillé à choisir naturelle, bio ou slow.

    Le soir venu, après un démaquillage soigneux, on pourra répéter ce geste avec le beurre de karité qui se suffira à lui-même.

    Le beurre de karité de bonne qualité est à la fois protecteur (il « isole » la peau sans l’étouffer, et limite aussi l’action des UV) et il est hydratant. Il n’est pas pour autant comédogène, et il pénètre facilement une fois chauffé dans les mains. C’est un merveilleux soin pour l’hiver. N’hésitez pas à l’utiliser dès que vous en ressentez le besoin.

    2. Un après-shampoing démêlant :

    Pour limiter les effets de l’électricité statique sur les cheveux et pour les rendre faciles à démêler, voici une recette minute très simple. Après le shampoing, sur les cheveux mouillés et bien rincés, on peut masser un mélange composé de huit parts de gel d’aloe vera pour une part d’huile d’avocat. Ce mélange « gel » réalisé directement dans la paume des mains est très facile à masser sur les cheveux mouillés, en toute petite quantité, jusqu’aux pointes. Il suffira alors de peigner ou brosser pour démêler, et de sécher au sèche-cheveux pas trop chaud.


    3. Une lotion capillaire :

    À tout moment de la journée, si les cheveux deviennent trop secs et indisciplinés au point d’être source d’inconfort, on peut vaporiser une lotion hydratante faite maison. Cette lotion naturelle est facile à fabriquer.


    Dans un flacon spray de 100 ml au moins, on verse une cuillerée à café de glycérine végétale et une douzaine de cuillerées à soupe (10 ml) d’hydrolat de lavande, d’ylang ylang, ou de romarin au choix. La lotion appliquée en brume sur les cheveux ne graisse pas ; elle se dépose discrètement sur les cheveux, les parfume et les hydrate pour un coiffage facile à n’importe quel moment de la journée. La technique : vaporisez à distance les mi-longueurs et vos éventuels frisottis, puis aplatissez-les doucement pour les discipliner entre vos paumes. Ne vaporisez que légèrement vos cheveux, ne les inondez surtout pas.

    4. Une hydratation au top :

    Buvez autant en hiver qu’en été ! Si vous n’aimez pas l’eau, il y a de très bonnes tisanes à découvrir et on n’oublie pas les soupes. C’est une très bonne source d’hydratation pour le corps également.


    5. Un baume à lèvres maison :

    Vous avez reçu récemment de ma part une très chouette recette de baume à lèvres au beurre de cacao qui peut s’avérer précieuse. Sachez que vous pouvez aussi, en hiver, masser une toute petite pointe de beurre de karité fondu sur les lèvres, c’est idéal au coucher pour se réveiller avec des lèvres de princesse.


    6. Une astuce pour les mains :

    Si vos mains sont crevassées ou trop sèches, optez bien entendu pour une crème mains adaptée et à la formule propre, mais pensez aussi à placer à côté du savon pour les mains un petit flacon d’huile de macadamia. Cette huile très hydratante et assouplissante peut être massée à raison de 3 gouttes sur les mains après chaque lavage, ou carrément mélangée à votre dose de savon liquide au moment de se laver les mains. Résultat : des mains propres qui ne tiraillent plus !


    Julien Kaibeck

    Sources :

    [1] Un seul ingrédient doit figurer sur le produit : Butyrospermum parkii, et rien d’autre si ce n’est l’éventuelle vitamine E (tocopherol). Préférez un beurre de karité brut et non raffiné qui porte la Mention Slow Cosmétique.



    Soutenez le mouvement Slow Cosmétique grâce au shopping beauté engagé sur www.slow-cosmetique.com


    1 commentaire
  •   Un vrai « beurre » de cacao
    Un baume à lèvres fondant   Avec cette recette, vous obtiendrez un baume à lèvres dur, mais fondant, qu’il faudra couler dans un petit pot pour une application au doigt .

    Voici les six étapes :

    1. Dans un bain-marie, faites fondre 1 bonne cuillerée à café de véritable beurre de cacao râpé, 1 petite cuillerée à café de beurre de karité ramolli, et 1 cuillerée à café rase d’huile d’olive.
    2. Retirez du feu une fois le mélange fondu et homogène. Mélangez avec une mini spatule au besoin.
    3. Pendant que le mélange refroidit, ajoutez 2 gouttes d’huile essentielle au choix parmi le petit grain bigarade (pour un goût vert et fruité à la fois), ou 2 gouttes d’huile essentielle de géranium bourbon (pour un accord plus floral). Mélangez pour bien répartir.
    4. Versez alors le mélange encore liquide dans le petit pot désinfecté.
    5. Laissez reposer 24 heures au frigo avant utilisation.

    Ce baume très fondant s’applique au doigt, comme on le fait chez certaines marques de luxe qui nous vendent de ravissants petits pots de baume. Il suffit de frotter le doigt sur le baume et de masser les lèvres plusieurs fois par jour.
    Il est faiblement dosé en huiles essentielles non problématiques pour la femme enceinte, donc tout le monde peut l’utiliser. Si vous souhaitez un baume plus neutre, n’ajoutez aucune huile essentielle.
    Ce baume se conserve environ 3 mois à l’abri de l’air, de la chaleur et de la lumière (refermez donc bien le pot).

    Pourquoi ça marche ?

    • Le véritable beurre de cacao est non seulement protecteur, mais c’est aussi un concentré d’antioxydants épatants. C’est un ingrédient cosmétique de choix !
      Attention, on en trouve hélas difficilement. Il vous faut en effet un beurre de cacao bio et vierge, issu de la première pression/triturage des fèves de Theobroma cacao. Exigez la composition avant tout achat, elle ne doit mentionner que cet ingrédient [1].
    • Le beurre de karité est riche en latex végétal : il assouplit et protège la peau des UV dans une certaine mesure.
    • L’huile d’olive permet l’obtention d’un baume plus agréable à masser, solide mais fondant.

       J’espère que ce baume vous satisfera autant que les nombreuses personnes dans mon entourage qui l'utilisent. Avec lui, vos lèvres douces et soyeuses seront encore plus enclines à embrasser ceux que vous aimez pour les fêtes, et c’est tant mieux !

       Bien à vous,

    Julien Kaibeck

    Soutenez le mouvement Slow Cosmétique grâce au shopping beauté engagé sur

    www.slow-cosmetique.com


    1 commentaire
  • Usages multiples, de la toilette à la maison

    • Retour vers le (vrai) savonMains : les savons traditionnels les nettoient et les assainissent.
    • Corps et cheveux : le savon convient plus particulièrement aux peaux et cheveux gras. Pour les peaux sèches, préférez des savons de toilette naturels très doux, enrichis au lait d’ânesse par exemple. Le savon de Marseille liquide convient bien pour la douche (voir recette dans ce blog).
    • Gommage : le savon noir favorise l’élimination des peaux mortes ; utilisez-le en cas de boutons et points noirs, pas plus d’une fois par semaine.
    • Soins du visage : le savon d'Alep et le savon de Marseille sont recommandés pour les peaux grasses, à tendance acnéique, qu'ils nettoient en profondeur. Alternez avec un lait de toilette pour éviter d’assécher la peau et rincez bien.
    • Lessive et entretien de la maison : le savon de Marseille en paillette est idéal pour laver le linge des bébés et des personnes allergiques aux lessives ou sujettes à l’eczéma.
    Sylvie Hampikian, experte en pharmaco-toxicologie a publié aux Editions Terre Vivante:  

       -Créez vos cosmétiques bio (2007)

      - Je fabrique mes cosmétiques : Soins naturels à petits prix   ( 2012)

       - J'Embellis Mes Cheveux (2014) 


    votre commentaire
  • Mode de préparation d’un macérât huileux :

    • Placez les plantes dans un grand bocal en verre préalablement désinfecté pour le remplir à moitié. Comment faire un macérât huileux?Notez qu’on compte environ 300 g de plantes pour 1 litre d’huile, mais il n’y a pas de règle fixe. L’important est de pouvoir recouvrir les plantes avec l’huile.
    • Recouvrez les plantes de l’huile « stable » que vous aurez choisie, de qualité vierge et bio (olive, tournesol, pépins de raisin…).
    • Fixez un morceau de tissu ou de papier sulfurisé sur le sommet du bocal à l’aide d’un élastique.
    • Placez le bocal dans un endroit tempéré, si possible éclairé par la lumière du jour quelques heures dans la journée afin de garantir une douce chaleur à ces moments. Évitez l’exposition directe aux rayons du soleil.
    • Si le niveau d’huile a baissé fortement après 48 heures, rajoutez-en un peu pour recouvrir les plantes à nouveau. Si en revanche les plantes flottent à la surface, ne touchez à rien.
    • Laissez macérer pendant un mois et demi environ. Remuez le mélange en agitant doucement le bocal Comment faire un macérât huileux?tous les 2 à 3 jours.
    • À la fin de la période de macération, versez le mélange plantes + huile dans un saladier recouvert d’une étamine de coton plus large que le récipient. Une fois les plantes et l’huile au fond du saladier, rassemblez les coins de l’étamine afin de sortir les plantes. Pressez à plusieurs reprises l’étamine au-dessus du saladier pour extraire toute l’huile contenue dans les plantes.
    • Avec l’aide d’un entonnoir, transvasez l’huile obtenue dans un flacon parfaitement propre, si possible en verre (ou en plastique) ambré ou bleuté. Fermez et conservez 6 à 7 mois à l’abri de l’air et de la lumière, à température ambiante.
    •   La lettre Beauté au Naturel de Julien Kaibeck est une newsletter d'information gratuite.

    votre commentaire
  • Mon soin réparateur slow aux accents provençaux :

    Cette huile de soin peut être utilisée en massages 2 fois par jour sur une zone rougie et fragilisée, seins compris. La formule n’est ni photosensibilisante, ni perturbatrice endocrinienne. Elle ne peut cependant pas être utilisée moins de 5 heures avant une radiothérapie si vous êtes concerné(e).

    Pour 50 ml environ. Dans un flacon anti-UV de 50 ml au moins, récupéré bien propre, versez successivement :

    • 3 cuillères à soupe de macérât huileux de pâquerette de Saint-Hilaire (ou autre ou fabriqué par vous-même)

    • 4 cuillères à café de macérât huileux de calendula bio

    • 12 gouttes d’huile essentielle de lavande aspic (Lavandula spica)

    • 8 gouttes d’huile essentielle d’immortelle (Helichrysum italicum)

     

    Le mélange proposé se conserve à l’abri de la lumière et de la chaleur pendant 6 mois sans problème car il ne contient pas d’eau. Les 2 huiles essentielles proposées jouent leur rôle d’actif cicatrisant et apaisant, mais sont aussi de bonnes antioxydantes.

    Merci d’avoir choisi de faire la révolution dans votre salle de bain avec moi.

    Et, d’ici à ma prochaine lettre, prenez bien soin de vous !

    Julien KAIBECK

    Soutenez le mouvement Slow Cosmétique grâce au shopping beauté engagé sur

     www.slow-cosmetique.com


    votre commentaire
  •  Astuce N°1 : massez-vous à l’huile de nigelle

    De beaux cheveux sainement  Pour renforcer vos cheveux, qu’ils soient trop secs ou trop gras, voici ce qu’il vous faut : l’huile de nigelle. Avant même votre shampoing, versez-vous une bonne dose d’huile de nigelle : 2 cuillères à soupe sur toute la tête.

      Massez la peau du cuir chevelu délicatement, cela permettra de bien oxygéner les cheveux.
     

    Astuce N°2 : trouvez un shampoing sans poison et customisez-le !

      Choisissez un bon shampoing sans sulfate (éviter absolument le sodium laureth sulfate !).

      Pour qu’il soit plus efficace et qu’il vous ressemble vraiment, n’hésitez pas à l’aromatiser aux huiles essentielles (HE). Ajoutez 2 gouttes d’HE de romarin officinal (idéal si vous avez des cheveux gras), ou ylang-ylang (chute de cheveux ou cheveux cassants).

    De beaux cheveux sainement   Astuce N°3 : un redoutable après-shampoing de grand-mère

      Je n’ai rien inventé, dites plutôt merci à votre grand-mère… Avant de rincer vos cheveux, versez 2 cuillères à soupe de vinaigre de cidre bio dans 1 litre d’eau minérale. Cela vous donnera une eau de rinçage à la fois vivifiante et assainissante. Vous verrez, vos cheveux plus seront plus brillants, plus facile à coiffer. Le vinaigre sera aussi très efficace si vous avez des démangeaisons et des pellicules.

      Julien Kaibeck

    Soutenez le mouvement Slow Cosmétique grâce au shopping beauté engagé sur www.slow-cosmetique.com


    votre commentaire
  •  L’huile vierge de noix de coco est la seule à pénétrer dans la tige du cheveu

      La particularité de l’huile de coco est qu’elle est composée à 50 % d’un acide gras rare, l’acide laurique.

    Huile vierge de noix de coco  L’acide laurique a une forte affinité avec les protéines du cheveu et les relie entre elles, ce qui leur donne souplesse en même temps que solidité. De plus, ayant un faible poids moléculaire et une structure en chaîne droite, l’acide laurique est capable de pénétrer à l’intérieur du cheveu. (1)

      Les huiles habituellement utilisées dans les produits de soin vendus fort chers par les fabricants de cosmétiques, n’ont pas cette capacité : sur le coup, lorsque vous les utilisez, elles rendent vos cheveux souples et donnent une impression de brillant parce qu’elles les enrobent de l’extérieur. Mais ne pénétrant pas dans la fibre, elles n’ont pas d’effet de long terme : au bout de deux jours, vous devez recommencer la manœuvre, en ajoutant toujours plus de produit pour obtenir le même effet, les cheveux réagissant mal à ces traitements qui les asphyxient.

      Vous faire acheter toujours plus de ces produits toujours plus chers, c’est d’ailleurs l’effet recherché par certains fabricants.

    Les cheveux poreux ou décolorés en bénéficient le plus

      Cette capacité de l’huile de coco à pénétrer dans la fibre du cheveu pour l’assouplir tout en le renforçant, fait qu’elle est particulièrement bénéfique pour les personnes qui ont des cheveux poreux (Africains) et celles qui ont des cheveux qui ont subi un traitement chimique de décoloration.

    Mode d’emploi

    Huile vierge de noix de coco   En 2008, une vidéo sur YouTube présentant une nouvelle façon d’utiliser l’huile de noix de coco sur les cheveux a fait un malheur, et la mode s’est aujourd’hui répandue chez des millions de personnes dans le monde entier.

      Il s’agit d’un soin spécial pour les cheveux, à base d’huile de noix de coco vierge, de crème de noix de coco concentrée, et de yaourt entier, dont les effets sont spectaculaires sur la souplesse des cheveux. Très riche en acides gras et en protéines de fibres de coco, ce soin est devenu extrêmement populaire chez les Noirs, dont les cheveux en profitent particulièrement. Vous trouverez en bas de ce message le lien vers la vidéo explicative mais elle est en anglais.

      Autrement, il faut savoir que l’huile de coco vierge peut s’utiliser avant ou après le shampoing, mais elle est surtout efficace avant. En effet, en l’appliquant sur vos cheveux avant de les laver, elle empêche l’eau de pénétrer dans la fibre cheveux, ce qui empêche l’enveloppe de protection du cheveu (appelée cuticule) de se redresser, rendant les cheveux fragiles et cassants.

      En outre, lorsqu’elle est appliquée en traitement de pré-lavage, une petite quantité de l’huile de noix de coco est en mesure de pénétrer plus profondément dans la tige du cheveu pendant le lavage, lorsque la fibre capillaire gonfle légèrement. Cela peut aussi expliquer pourquoi cette huile empêche les cheveux de friser par temps humide.

    Excellente aussi pour la peau

    L’huile de noix de coco peut aussi être appliquée sur la peau. Elle est utilisée depuis des décennies pour les massages thérapeutiques, pour détendre les muscles. Elle protège la peau du vieillissement par ses effets anti-radicaux libres.

    Une fois absorbée par la peau et par les tissus conjonctifs, elle contribue à faire disparaître les micro-fissures et les petites rides. Elle a aussi un effet exfoliant, débarrassant la peau de ses cellules mortes et lui donnant un aspect plus lisse et plus jeune.

    A retenir sur les soins de peau : un des principes de base à retenir est que, quoi que vous appliquiez sur votre peau, une partie pénétrera dans votre corps et se retrouvera dans votre sang. C’est pourquoi beaucoup de médicaments peuvent être administrés sous forme de pommades. Pour vous, cela signifie aussi que vous devez autant surveiller ce que vous mettez sur votre peau que ce que vous mangez. Evitez tous les produits contenant des molécules chimiques toxiques. Choisissez donc si possible de l’huile de coco vierge biologique.

    A votre santé !

    Jean-Marc Dupuis


    votre commentaire
  •  Préparer une huile solaire maison
     
    Voici une formule élaborée par Sophie Dumas Milne Edwards, spécialisée en phytothérapie et aromathérapie, pour protéger sa peau du soleil.
     • Mélanger 2 cuillères à soupe d’huile d’olive à autant d’huile de sésame, d’huile d’avocat et d’huile de jojoba.
     • Ajouter 20 gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé (tea-tree), 20 gouttes de niaouli et 8 gouttes d’ilang-ilang.
     • Agiter le mélange et le conditionner dans un flacon en verre de préférence et de petite taille car moins elle contient d’air, mieux votre préparation se conservera.
     • Garder au réfrigérateur
     Renouveler souvent l’application au moment de l’exposition car les huiles comportent de faibles indices de protection.

       Avantage de cette préparation maison : elle est bénéfique avant, pendant et après le bain de soleil.


    votre commentaire
  •   Crème nourrissante aux plantes     Cheveux,Corps

    L’hiver est presque là, et par ces températures basses, quoi de mieux qu’une crème nourrissante ? J’ai opté pour une base simple : phase huileuse, phase aqueuse, cire d’abeille et quelques ajouts.*

    La spécificité de cette crème réside toutefois dans l’utilisation d’une infusion de plantes. En effet, c’est une crème à la prêle, reine des prés, sauge, ortie et menthe. Elle est donc à la fois astringente, cicatrisante, antiseptique, stimulante et tonique.

    La crème est assez riche, mais pénètre très bien et rapidement, notamment grâce aux huiles utilisées.

    Voici la recette :        Crème nourrissante aux plantes

     

     Phase huileuse :

    • 45 g de beurre de karité
    • 45 g d’huile de tournesol
    • 10 g d’huile de jojoba
    • 5 g d’huile de macadamia
    • 9 g de cire d’abeille

     Phase aqueuse : Infusion des plantes suivantes :

    • Prêle :
      Astringente, cicatrisante, reminéralisante. Egalement conseillée en cas d’ongles et cheveux cassants.
    • Reine des prés :
      Astringente, cicatrisante, tonique, anti-inflammatoire
    • Sauge :
      Antiseptique, stimulante
    • Ortie :
      Astringente et utile pour la peau en cas d’irritations

     Ajouts :

    • 20 gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée : antiseptique, stimulante, tonique
    • 40 gouttes d’huile essentielle de sauge sclarée : tonique
    • 40 gouttes d’huile essentielle de romarin : revitalisant cutané
    • Extrait de pépins de pamplemousse
    • Vitamine E (4 capsules percées)

     Préparation :

    • Après avoir désinfecté le plan de travail et tous les ustensiles, faire fondre la cire au bain marie. Préparer l’infusion avec les plantes : environ 100 ml d’infusion (1 cuillère à café de chaque plante). Laisser infuser une dizaine de minutes, puis passer.
    • Une fois la cire fondue, ajouter le beurre de karité.
    • Retirer ensuite du feu et y ajouter les huiles. Bien mélanger.
    • Ajouter un peu d’infusion et fouetter énergiquement pour bien incorporer l’eau aux huiles.
    • Une fois que la crème a refroidi, la mettre un peu au frigo pour qu’elle soit totalement froide. Puis, refouetter énergiquement afin de rejeter le surplus d’eau. Cette manipulation permet d’obtenir une texture onctueuse et stable.
    • Ajouter ensuite l’EPP, la vitamine E et les huiles essentielles puis remélanger la crème jusqu’à obtention d’une texture totalement onctueuse.

     Utilisation :

      Cette crème s’utilise plutôt pour le corps, bien qu’étant donné que les huiles utilisées sont assez légères, elle peut éventuellement être utilisée sur le visage, notamment en hiver.

      Pour ma part, je l’utilise aussi en crème hydratante capillaire : un pois de crème sur cheveux humides pour les hydrater et définir les boucles, ou en soin tonique, notamment grâce à la prêle et à l’ortie.*

       J’aime bien utiliser des recettes simples, avec uniquement de la cire d’abeille, des huiles et une phase aqueuse, car on peut les varier à l’infini, en testant de nouvelles textures, plus crémeuses, ou plus proches d’un baume, ou en utilisant les possibilités qu’offrent les plantes. Qu’en pensez-vous ? Utilisez-vous aussi des plantes dans vos potions à part sous forme d’huiles essentielles?


    2 commentaires
  •   Belle en hiver : les 3 ennemis insoupçonnés de votre peau

     
    Belle en hiver : les 3 ennemis insoupçonnés de votre peau
    Le stick à lèvre est l'un des premiers gestes beauté que l'on apprend, tout petit, pour s'hydrater les lèvres. Une fausse bonne idée qui peut provoquer un cercle vicieux si on le choisit mal !
        
    Belle en hiver: quels sont les ennemis?   Anne-Marie Gabelica est ingénieure agronome diplômée en biochimie avec 6 ans d’expérience dans le secteur cosmétique. Elle a créé oOlution : la 1ère de gamme de soins visage sur-mesure (à base de plus de 65 actifs 100 % bio), sans huile de palme et éco-conçue.

      Cheveux raplapla, teint terne et lèvres gercées… En hiver, la grisaille est aussi bien dans le ciel que dans la santé de notre peau et cheveux. C'est bien sûr sur l'hydratation qu'il faudra miser.

      Mais tous les efforts du monde seront ruinés si l'on ne fait pas attention à 3 agents provocateurs de déshydratation qui sont trop souvent méconnus. Voici les 3 coupables :    
        1. Des nettoyants trop agressifs : les tensio-actifs sulfatésUne douche bien chaude avec un gel douche bien moussant, quel réconfort… eh bien pas pour la peau ! Il faut se méfier de produits nettoyants qui moussent trop bien, faux amis de la peau et des cheveux.
       - Gare aux SLSBourrés de tensio-actifs sulfatés tels que le plus connu et controversé le Sodium Lauryl Sulfate, ces détergents sont appréciés par les industriels : ils facilitent la conservation, produisent une mousse épaisse et lavent efficacement. Mais à quel prix pour la peau ? Trop agressifs et irritants, ils détruisent la barrière hydrolipidique qui sert justement à retenir l'eau dans votre peau et la garder hydratée. On se retrouve donc encore avec un cercle vicieux : tout l'apport en hydratation ne sert à rien si on continue à détruire cette barrière. Alors dans la salle de bain : moins de mousse et plus de douceur !
      - Le démaquillantSi l'on ne privilégie pas les bons gestes pour un démaquillage en douceur, cette étape de la routine beauté peut vite devenir périlleuse pour la peau. La plupart des démaquillants contiennent des sulfates. Pour une option plus sûre et aussi plus écologique (les sulfates ne sont pas biodégradables), il est possible d'utiliser une simple huile végétale que l'on rince à l'eau claire. Les plus adaptés seront l'huile de jojoba et l'huile d'amande douce : non comédogènes, elles retirent très efficacement le maquillage et les impuretés sans laisser de film gras.
      - Le savonPour se laver le corps, on préférera un savon à base d'huiles végétales biologiques, et issus de première saponification à froid. Ce détail a son importance, la saponification à froid elle seule garantit de garder la glycérine et ses propriétés hydratante et émolliente. Pour ne pas contribuer à la déforestation, veillez aussi à ce que votre savon n'ait pas été produit à base d'huile de palme en évitant ceux contenant du : Sodium Palmate (liste complète des ingrédients cosmétiques dérivés d'huile de palme).
     - Le shampoingEnfin concernant les cheveux, il faudra trouver un shampoing doux sans tensio-actifs sulfatés, il en existe de plus en plus.   
        2. Un radiateur surchaufféVotre premier réflexe lorsque vous rentrez chez vous est d'allumer les radiateurs à fond pour vous réchauffer ? On arrête tout !
      - Le choc thermique, ennemi de vos mains ...Avez-vous déjà remarqué que lorsque vous passiez du froid au chaud trop rapidement vos mains ont tendance à picoter puis gonfler, voire se couvrir d'engelures dans le pire des cas ? Lorsqu'il fait froid, la circulation de sang se fait moins bien, or passer d'un environnement froid à chaud trop rapidement apporte un afflux de sang soudain que les vaisseaux supportent mal.
       - ... Et de votre peauLes mains, c'est pour la partie visible, mais toute la peau pâtit en réalité d'un chauffage trop soudain ou d'un sur chauffage. Une pièce trop chauffée va avoir tendance à « absorber » l'eau de votre peau et donc provoquer une aussi forte déshydration cutanée (principale responsable de la sécheresse et l'aspect terne de la peau en hiver) que l'air froid et sec de dehors. Baissez donc le chauffage (idéalement 20°C) et enfilez votre sweat préféré, vous ferez un geste pour la planète, et pour votre peau !       3. Un mauvais stick à lèvresLe stick à lèvre est l'un des premiers gestes beauté que l'on apprend, tout petit, pour s'hydrater les lèvres. Une fausse bonne idée qui peut provoquer un cercle vicieux si on le choisit mal !
       - Petrolatum, parrafine et cire microstalline, des substances à éviterSi vous avez toujours les lèvres gercées alors que vous ne cessez d'en mettre et remettre, regardez du côté de la composition. Petrolatum et paraffine sont présents dans beaucoup de soins pour les lèvres, tous deux dérivés du pétrole ils sont très doués pour faire illusion et adoucir instantanément les lèvres. Le problème avec les dérivés pétrochimiques est que la peau n'en tire aucun bénéfice. Pire, ils l'étouffent et causent encore plus de dommages. On retrouve ces ingrédients nocifs dans de trop nombreux cosmétiques.Autre coupable, la cire microstalline, d'origine elle aussi pétrochimique et présente dans de nombreux stick à lèvres, particulièrement en cosmétique « conventionnelle ». C'est un composant bon marché permettant de faire tenir le stick sous forme de bâtonnet. Or il est connu pour son action desséchante, un comble ! Préférez donc un stick à base de cire végétale pour les vegans ou de cire d'abeille. Eh oui, le synthétique est toujours ennemi de votre peau !
       - Privilégier les huiles végétalesOptez aussi de préférence pour un stick avec une huile végétale bio riche en omega 3 (lin, chanvre,...). Les lèvres ne produisant pas de sébum (essentiel à la construction de la barrière hydrolipidique), elles sont encore plus exposées au dessèchement et à la déshydratation. Cet apport extérieur d'oméga 3 est donc essentiel pour des lèvres douces et sans gerçures.
      - S'humidifier les lèvres : un mauvais réflexeEnfin, essayez dans la mesure du possible d'éviter de vous humidifier les lèvres avec la langue : les sucs digestifs présents dans la salive ont tendance à dessécher et même à irriter les lèvres jusqu'aux gerçures.Tous ces petits gestes nous rappellent qu'il faut sans cesse questionner notre routine beauté et comprendre du mieux possible notre peau et ses besoins. Il faut aussi toujours redoubler de vigilance concernant la composition de nos produits du quotidiens, même pour les soins apparemment les plus inoffensifs et habituels. Quelques connaissances suffisent à faire des choix plus sains et plus efficaces ! 

    votre commentaire
  •  Une recette proposée par Nouha pour conserver une jolie peau.

    Crème de nuit pour joli teintCrème de nuit pour joli teint

    Il vous faut :
    - 3 cuillère à café d'huile de noix de coco
    - 1 cuillère à café d'huile de sésame
    - 1 cuillère à café d'huile de germes de blé
    - 2 cuillère à café de cire d'abeille

    Mélangez tous les ingrédients dans un récipient propre au bain marie jusqu'à ce

    Crème de nuit pour joli teint

    qu’ils deviennent liquides. Versez dans un contenant propre et conservez-la crème au sec. Attendez qu'elle ait refroidie avant la première utilisation. Au matin, la peau est douce et vous avez bonne mine.

       Féminin Bio

      P. S. de Bio: On peut y ajouter quelques gouttes d'huiles essentielles anti rides comme palmarosa, carotte, rose, bois de rose... quand la préparation est presque froide.


    1 commentaire
  • Ingrédients

    • 1/4 l d'eau minérale
    • thym
    Proposée par Edwige GEHAN sur FémininBio
     

    Edwige partage avec nous sa recette d'eau florale de thym à appliquer sur le visage et le cou pour purifier et éclaircir le teint.

    Le + d'Edwige : l'eau florale de thym se conserve toujours au réfrigérateur et pas plus de 6 jours. 

    Pour mes filles qui constatent que l'adolescence à ses inconvénients (boutons, acnés...) c'est "la lotion magique". Certes cela ne soigne pas un acné important mais très efficace pour les petits boutons, points noirs ....

    >> Edwige remporte l'un des 10 lots Douce Nature Argan à l'occasion des 6 ans de FemininBio. 

    Préparation

    1. Portez à ébullition une bonne poignée de thym dans 1/4 de litre d’eau de source.

    2. Quand l’eau bout, retirez du feu, couvrez et laissez complètement refroidir.

    3. Filtrez et conservez en bouteille. Astuce pour filtrer : je met deux ou trois gazes stériles dans le fond de mon entonnoir, et je fais la manipulation deux fois, en changeant les compresses.

      Suggestion de ce blog: si l'on ajoute 1 ou 2 cuillerées de vinaigre de cidre à l'eau florale celle-ci se conserve plus longtemps et est plus efficace.


    votre commentaire
  •   Indications:

      Le pissenlit agit contre le vieillissement de la peau, et, en masque, il peut redonner de l'éclat.

    Ingrédients:

    feuilles de pissenlit
    crème fraîche épaisse
    eau de rose

    Préparation:

    Hacher les feuilles de pissenlit et les mélanger à un petit pot de crème fraîche épaisse.

    Posologie

    Etaler le masque sur le visage et le garder pendant 15 min.
    Rincer à l'eau douce, puis passer sur le visage un coton imprégné d'eau de rose.


    votre commentaire
  •   Les shampoings qui moussent sont trop chimiques pour être honnêtes ! Préférez des solutions naturelles, moins glamour mais bien meilleures pour les cheveux.

       Les premiers shampoings modernes, à base de détergents synthétiques, sont apparus dans les années 1930. Leur mousse, longtemps synonyme d'efficacité, révèle aujourd'hui sa face cachée : principalement à base de lauryl éther sulfate de sodium, les shampoings moussants sont accusés de dessécher et d'abîmer la fibre capillaire, d'irriter le cuir chevelu, et même d'accélérer la chute des cheveux ! En outre, pour masquer leur effet décapant, on leur adjoint des silicones, polluantes car non biodégradables.
      Or, il ne faut pas croire que nos aïeux n'entretenaient pas leurs cheveux avant 1930 ! Le simple savon (de Marseille) était couramment employé et peut l'être encore de nos jours, sur les cheveux gras, qu'il embellit. Il ne convient pas en revanche aux cheveux secs. Il existe aussi de nombreuses alternatives mais ces soins naturels ne donneront pas les mêmes résultats immédiats que les shampoings moussants. Votre chevelure sera sans doute moins gonflante et moins soyeuse après séchage. Mais vos cheveux graisseront moins vite et seront de plus en plus beaux au fil des lavages (1 à 2 fois par semaine maximum). Dans certains cas, vous verrez même vos cheveux blancs s'estomper.

    Gardez la pose

    Les shampoings non moussants s'utilisent tous de la même manière. On répartit la préparation sur les cheveux mouillés, on malaxe la chevelure et on masse le cuir chevelu, avant de laisser poser 2 à 5 minutes puis de rincer soigneusement.

    • L'œuf : le shampoing à l'œuf demeure un grand classique des recettes de "grands-mères". Le blanc absorbe les saletés et gaine les cheveux, le jaune les gaine également et les nourrit. Il existe de nombreuses variantes (pour tous types de cheveux) : 1 jaune d'œuf + 1 cuiller à soupe de rhum, 1 œuf en omelette + 1 cuiller à café de miel, 1 jaune d'œuf + 1 cuiller à café d'huile d'olive ou de pépins de raisin + 10 cl de bière. Voir aussi nos 3 recettes de shampoings naturels.
    • Les argiles : les argiles (argile verte, terre de Fuller, rhassoul marocain, mulaani mitti indien) absorbent la saleté et l'excès de sébum. Elles conviennent tout particulièrement aux cheveux gras. On les emploie diluées dans l'eau jusqu'à obtenir une pâte onctueuse.
    • Le bois de Panama : injustement oublié de nos jours, le bois de Panama contient des saponines, molécules végétales naturelles aux propriétés tensioactives (pouvoir émulsifiant et nettoyant). Il exerce aussi un effet protecteur capillaire et freine la production de sébum. Il convient aux cheveux gras, de châtain à brun (il peut teinter les cheveux blonds). On le prépare en décoction, en faisant bouillir 15 g de copeaux d'écorce dans ½ litre d'eau.
    • La saponaire et le lierre : voici deux plantes lavantes bien de chez nous, elles aussi riches en saponines. La saponaire convient à tous les types de cheveux, tandis que le lierre est à réserver aux cheveux foncés. Il pourrait même, à la longue, couvrir les cheveux blancs. Tous deux s'emploient sous forme de décoction : pour ½ litre d'eau, comptez une petite poignée de racines fraîches ou une grosse poignée de feuilles et tiges fraîches de saponaire ou 100 g de feuilles de lierre fraîches, grossièrement hachées.
    Sylvie Hampikian
    Rédaction des 4 Saisons du jardin bio

    Les plantes indiennes

    Les soins capillaires revêtent en Inde une importance toute particulière car les Indiennes considèrent leur luxuriante chevelure comme une véritable parure. Elles ont la chance de bénéficier de nombreux produits exceptionnels, la plupart utilisés dans l'Âyurveda (médecine naturelle millénaire). De nos jours, on peut trouver ces produits dans les magasins indiens et orientaux ou sur les sites de vente de produits âyurvédiques.

    • La farine de pois chiche : un excellent soin qui nettoie la chevelure sans l'assécher. On l'emploie humectée à l'eau, en pâte onctueuse, comme les argiles.
    • Le shikakai et l'aritha (noix de savon indienne) : ces poudres de plantes ressemblent au cacao et se diluent dans l'eau tiède. Véritables shampoings naturels, ils nettoient les cheveux, les empêchent de graisser et préviennent les pellicules. Ils tonifient la chevelure, renforcent les reflets bruns et tendent, à terme, à cacher les cheveux blancs. A éviter sur les cheveux très secs et les cheveux clairs.

    Les 4 Saisons du jardin bio, édité par Terre vivante, est le magazine leader en jardinage bio depuis plus de trente ans (30 000 abonnés et 15 000 ventes au numéro). Il s'appuie sur l'expertise de journalistes et de praticiens du jardinage, de l'alimentation et de l'habitat écologique, et sur des échanges constants avec ses lecteurs. Ceux-ci participent notamment à des essais et expérimentations, menés en parallèle au Centre Terre vivant


    votre commentaire
  • Pour une jolie peau après le soleil

     Grâce à ses propriétés hydratantes, le beurre de karité soulage la peau après l'exposition au soleil.

      En pratique : Mélangez au bain-marie 2 cuillères à soupe de beurre de karité à 1 cuillère à soupe d’huile d’olive,1 cuillère à soupe d’huile de ricin et 1 cuillère à soupe d’huile de monoï.

      Lorsque le beurre est totalement fondu et que la préparation est homogène, mettez-la dans un pot opaque muni d’un couvercle. Laissez refroidir à température ambiante et refermez. Pour plus de fraîcheur au moment de l’application, vous pouvez conserver ce baume au réfrigérateur.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique